/regional/montreal/monteregie

Candidat à sa réélection: suspendu 21 jours pour manque de professionnalisme

Facebook Pierre Chiasson

Photo tirée de la page Facebook de Pierre Chiasson

Le conseiller Pierre Chiasson, qui a été cité trois fois à comparaître par la Commission municipale du Québec (CMQ), a écopé de 21 jours de suspension en juin pour avoir manqué de professionnalisme. Il a reçu cette suspension pour trois manquements sur un total de sept allégués.

• À lire aussi: Manquements à l’éthique: ces maires et conseillers méritent-ils encore votre confiance?

• À lire aussi: Manquements à l'éthique: des élus croient que le «système» est trop sévère

Il a notamment accusé sur Facebook un déneigeur sous contrat avec la municipalité de «butcher [mal faire]» son travail et a continué d’émettre des commentaires à son sujet même après avoir été avisé d’arrêter. 

Indigne

En avril 2020, M. Chiasson a aussi fait mettre à l’ordre du jour d’une séance du conseil municipal le point suivant (majuscules comprises) : «DE PASSER UNE RÉSOLUTION D’AVISER LES CAVES CASE (sic) DE BAIN DE CITOYENS DE PAS APPELER LA POLICE POUR RIEN!!!». Il a expliqué au Tribunal de la CMQ qu’il souhaitait ainsi faire cesser les dénonciations frivoles pendant la pandémie, après que sa conjointe et lui se soient fait interroger par la police à la suite d’une dénonciation. 

Le point a été rejeté par le conseil municipal. Quant au Tribunal de la CMQ, il a estimé que ce sont là des mots qui sont «totalement indignes de la fonction d’un élu municipal et sont une insulte pour les citoyens». 

Lors de l’audience M. Chiasson a soutenu qu’il ferait dorénavant «un usage minutieux de Facebook». 

Suspendu quelques mois auparavant

À peine quelques mois auparavant, en février 2021, M. Chiasson avait été suspendu 45 jours sans solde par la CMQ. Il avait alors plaidé coupable d’avoir participé aux délibérations et d’avoir voté sur une résolution qui concernait la transmission d’une mise en demeure le concernant, contrevenant ainsi à son code d’éthique et de déontologie. 

La mise en demeure demandait qu’il cesse de publier des propos déplacés sur les réseaux sociaux. 

En 2014, M. Chiasson avait également fait l’objet d’une demande d’enquête à la CMQ pour différents manquements à son code d’éthique, mais avait été blanchi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.