/news/politics

Prise en charge de patients: Barrette soutient Legault pour les médecins

L’ex-ministre libéral de la Santé, Gaétan Barrette ne s’en cache pas : il souhaite que François Legault réussisse à forcer les médecins de famille à prendre en charge plus de patients. 

• À lire aussi: Québec vérifie encore quels employés sont non vaccinés

• À lire aussi: Cri du coeur d'un médecin de famille

• À lire aussi: Manque d'infirmières : le fond du baril au CHUS-Fleurimont

Cette semaine, le premier ministre a monté le ton face aux omnipraticiens. Il a menacé de légiférer pour les obliger à travailler plus, alors que plus de 800 000 citoyens n’ont toujours pas de médecin de famille. On est bien loin de l’engagement de la CAQ de fournir un docteur à tous les Québécois.

« J’espère qu’il va aller jusqu’au bout parce qu’il n’y a pas un médecin qui va quitter, il n’y aura pas d’exode, il y a (seulement) quelques docteurs qui vont se lamenter parce qu’ils vont perdre une certaine qualité de vie », lance le député de La Pinière, en entrevue.

Abandonnée par les libéraux  

Lorsqu’il était le grand manitou de la Santé du gouvernement Couillard, Gaétan Barrette a fait adopter la loi 20, qui prévoit des pénalités financières pouvant aller jusqu’à 30 % de la rémunération si un médecin ne prend pas un minimum de patients. Ces sanctions n’ont jamais été appliquées.

Que François Legault utilise cet outil ou un autre, l’important c’est la finalité, aux yeux du Dr Barrette. « Que quelqu’un d’autre termine ma réforme, je n’ai pas de problème. Legault prend un chemin pour aller à la même destination que moi, j’espère qu’il va réussir », insiste-t-il. 

Selon le radiologiste, la responsabilité d’un médecin est si importante qu’un contrat social « implicite » vient avec ce boulot. Les Québécois sont en droit de s’attendre « à des services en temps et en quantité requis » de la part des toubibs. 

Gaétan Barrette met toutefois en garde le PM contre l’instauration d’un nouveau mode de rémunération des omnipraticiens.

La CAQ s’est engagée en campagne électorale à y inclure une part de « capitation », c’est-à-dire un revenu calculé en fonction du nombre de patients pris en charge, plutôt que seulement à l’acte, comme c’est le cas présentement.  

« Je suis inquiet. Aucun (mode) n’est parfait et chacun a ses travers. On vise la capitation, mais partout la capitation pure a mené à une diminution drastique des services. L’état doit imposer des livrables (résultats mesurables), pas des objectifs, avec des conséquences en cas de non-réalisation. Or, la FMOQ refusera toute notion de livrables », plaide-t-il.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.