/news/coronavirus

Le vaccin contre la tuberculose n’a pas d’effet protecteur face à la COVID

Photo d'archives, AFP

Avoir reçu durant son enfance le vaccin BCG (Bacille de Calmette-Guérin) contre la tuberculose ne constitue pas forcément un facteur de protection à long terme face à la COVID-19. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les développements sur la COVID-19

• À lire aussi: COVID-19: François Legault ouvert à un autre report de la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé

• À lire aussi: Moderna annonce une réponse immunitaire «robuste» chez les enfants de 6 à 11 ans

C’est du moins la conclusion à laquelle est parvenue une équipe de chercheurs de l’Institut national de recherche scientifique (INRS), de l’Université de Sherbrooke, de l’Université de Montréal et de l’Université Laval.

Les travaux publiés en août dernier dans la revue Vaccine apportent en effet un nouvel éclairage sur le lien éventuel entre le vaccin BDG et la COVID-19.

Les études antérieures ont montré au début de la pandémie une certaine corrélation entre la vaccination BCG et un plus faible taux de mortalité due à la COVID-19 parmi la population.

«Notre étude a démontré, de façon très convaincante, que le BCG, un puissant stimulateur de l'immunité innée, ne confère pas une protection à très long terme contre la COVID-19», a indiqué Jacques Pépin, premier auteur de l'étude et professeur associé à l'Université de Sherbrooke et au Centre de recherche du CHUS.

«Même si nos résultats sont négatifs, il est important, d'un point de vue de santé publique, de les communiquer au public, puisqu'ils vont à l'encontre de ceux obtenus dans les études antérieures, qui présentaient des faiblesses méthodologiques importantes», a mentionné Marie-Claude Rousseau, professeure-chercheuse en épidémiologie à l'INRS et auteure principale de l'étude.

Pour les besoins de l’étude, 920 Québécois natifs entre 1956 et 1976 qui ont été déclarés positifs à la COVID-19. Quelque 54 % d’entre eux avaient reçu le vaccin BCG durant l’enfance.

Parallèlement, les chercheurs ont recruté un groupe témoins de 2123 personnes qui n’ont pas été atteintes de COVID-19. Dans ce groupe, 53 % avaient reçu le même vaccin durant leur enfance.

«Les participantes et participants vaccinés avaient reçu ce vaccin il y a plusieurs décennies. Chez les personnes ayant reçu le vaccin plus récemment, c'est-à-dire au début des années 1970, aucun effet protecteur n'a également pu être observé», a expliqué Pre Rousseau, précisant que le nombre de personnes était limité, diminuant grandement la possibilité de détecter un faible effet. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.