/finance/homepage

Les contribuables ne veulent pas payer la note du retour du baseball à Montréal, juge la FCC

Les contribuables québécois n’ont pas l’intention de payer un sou pour construire un nouveau stade de baseball à Montréal, juge la Fédération canadienne des contribuables (FCC) qui a posé une affiche publicitaire véhiculant ce message au Tropicana Field, où jouent les Rays de Tampa Bay.

• À lire aussi: Retour des Expos: «le gouvernement ne construira pas de stade», dit Fitzgibbon

• À lire aussi: Stade de baseball: les Québécois ne veulent pas d’argent public dans le projet

«Chers Rays, Montréal ne paiera pas pour votre nouveau stade. Cordialement, les contribuables», est-il indiqué sur le panneau publicitaire.

Les Rays sont, somme toute, les bienvenus à Montréal s’ils souhaitent venir y jouer, mais pas question que les contribuables paient pour leur nouveau stade, a exprimé le directeur de la FCC Québec, Renaud Brossard.

La direction de l’équipe floridienne travaille depuis déjà un certain temps sur son plan de garde partagée avec Montréal, bien qu’aucune annonce officielle ne sera faite avant l’élection municipale du 7 novembre.

Rappelons que le Groupe Baseball Montréal, mené par l’homme d’affaires Stephen Bronfman, garde le cap quant au projet de villes-sœurs avec les Rays de Tampa Bay et n’a pas cessé de travailler au développement de celui-ci avec différents conseillers en matière d’architecture, de tourisme et de développement économique.

Ce projet laisse cependant entrevoir la construction d’un nouveau stade de baseball dans le secteur du Bassin Peel, un quartier de Montréal en redéveloppement.

«Les contribuables québécois n’ont pas les moyens de payer un nouveau stade pour une équipe de baseball à temps partiel. [...] Le fait est que construire un nouveau stade de baseball est beaucoup plus bas dans la liste des priorités que réparer nos routes, soutenir notre système de santé et réduire le fardeau fiscal des familles», a poursuivi M. Brossard.

Denis Coderre ne veut pas se tremper dans le dossier

Souhaitant reprendre le poste de maire de Montréal qu’il a échappé au profit de Valérie Plante en 2017, Denis Coderre a réagi par le biais d’un message texte transmis par son attachée de presse. Selon lui, le retour des ligues majeures dans la métropole québécoise ne doit pas passer avant d’autres enjeux plus sensibles actuellement à ses yeux.

«Nous ne sommes pas contre le retour du baseball à Montréal. Toutefois, entre la relance économique postpandémie, la sécurité, les changements climatiques et la crise du logement, le retour du baseball n'est pas une priorité pour Montréal. Nous allons laisser le soin à l'organisation des Rays de négocier avec les investisseurs et le gouvernement du Québec», a-t-il affirmé à l’Agence QMI.

Le candidat à l'élection du 7 novembre avait émis des déclarations similaires à la fin septembre.

«Les gens ne veulent pas entendre parler de baseball, ils ne veulent pas entendre parler si on fait un stade ou pas, ils ne veulent pas de spéculations. Ils veulent savoir s’ils peuvent travailler demain matin et si on peut s’en sortir présentement», avait-il dit.

-Avec la collaboration de Félix Lacerte-Gauthier

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.