/regional/troisrivieres/mauricie

COVID-19: moins de portes pour les petits monstres à l’Halloween

À cinq jours de l'Halloween, les décorations sont bien visibles dans les rues. Les monstres, sorcières et autres superhéros qui envahiront les rues dimanche pour collecter des friandises seront aussi nombreux qu'à l'habitude, mais plusieurs risquent de se buter à des portes fermées.

• À lire aussi: COVID-19: moins de portes pour les petits monstres à l’Halloween

• À lire aussi: L’Halloween plus festive cette année

• À lire aussi: Québec donne des conseils pour une Halloween sécuritaire

Une étude pancanadienne réalisée par la maison de sondages Léger et l'Association d’études canadienne révèle que 93% des parents autorisent la cueillette de bonbons cette année, mais 56% des Canadiens n'ouvriront pas leur porte. La principale raison est la pandémie.

«Naturellement, il y a une porte sur deux environ qui s'ouvre au Québec traditionnellement. Là on est un peu plus à une sur quatre, donc il y a une certaine résistance, surtout en milieu urbain, à ouvrir sa porte aux inconnus», explique le vice-président exécutif chez sondage Léger, Christian Bourque.

La Santé publique autorise la collecte de friandises en porte-à-porte. Par contre, il y a plusieurs consignes à respecter pour que la fête se déroule de façon sécuritaire dans le contexte de la pandémie.

Halloween en sécurité

• Lavage des mains et utilisation d'une solution à base d'alcool

• Distribution des friandises en sacs individuels pour limiter les contacts

• Limite de 10 personnes dans les domiciles privés

• S'isoler et ne pas distribuer de bonbons en cas de symptômes

• Ne pas entrer dans les maisons

• Ne pas chanter ou crier devant les personnes qui donnent les friandises

• Distance d'un mètre dans la mesure du possible

Les policiers seront mis à contribution. D'autant plus qu'ils s'attendent à un achalandage élevé dans les rues. «Des patrouilles vont être faites dans les quartiers, mais également lors des activités dans les parcs. Donc, nous serons présents lors de ces événements», souligne l'agente à la police de Trois-Rivières, Michèle Loranger.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.