/sports/homepage

La naissance d’une idole: un livre sur le «dernier héros» de Québec

Marc Durand a mis trois ans de recherche avant que son plus récent projet, le livre Guy Lafleur : la naissance d’une idole, voit le jour.

Photo Stevens LeBlanc

Marc Durand a mis trois ans de recherche avant que son plus récent projet, le livre Guy Lafleur : la naissance d’une idole, voit le jour.

La vie de Guy Lafleur à Montréal a été documentée à de nombreuses reprises. Ses années à Québec, un peu moins, et c’est avec le mandat de faire découvrir ce pan important de la vie du Démon blond que l’auteur Marc Durand a entamé la rédaction de son troisième livre intitulé Guy Lafleur : La naissance d’une idole, qui sera lancé mercredi.

• À lire aussi: Guy Lafleur exprime sa solidarité à Mike Bossy

Cet ouvrage historique retrace les moments marquants de Lafleur à Québec, de ses participations au Tournoi pee-wee de Québec à ses années de gloire avec les Remparts, en passant par son année avec la formation de CTR à l’âge de 15 ans. Il sera lancé demain, en même temps que la Ville de Québec dévoilera l’œuvre d’art rendant hommage au Démon blond à la place Jean-Béliveau.

Guy Lafleur.
Ancien hockeyeur

Photo Martin Chevalier

Guy Lafleur. Ancien hockeyeur

LE DERNIER HÉROS

Pour Marc Durand, il s’agissait d’une suite logique des choses, lui qui avait déjà raconté les histoires de Joe Malone et Jean Béliveau dans des livres.

« Le moment était bon pour parler du dernier grand héros adulé de tous à avoir joué à Québec. Je ne veux rien enlever aux Peter Stastny, Patrick Roy ou Patrice Bergeron, mais Guy Lafleur dépasse l’amateur de hockey ordinaire. C’est quelqu’un d’exceptionnel et on le voit depuis qu’il est atteint par la maladie. Tout le monde s’est donné le mot pour l’honorer et se rappeler à quel point il a été extraordinaire. »

PLUSIEURS ANECDOTES

Afin de préserver au maximum le caractère Québec de son ouvrage, l’auteur assure ne traiter que très peu du Canadien. Les seules fois où il en est question, c’est parce qu’il y a un lien direct avec la Vieille Capitale. On y parle notamment des stratagèmes du directeur général du Tricolore Sam Pollock, afin de tenter de mettre la main sur Guy Lafleur et Marcel Dionne lors du repêchage de 1971, ou des tentatives infructueuses des Nordiques de l’époque de l’AMH de sortir Lafleur de Montréal afin qu’il joigne leurs rangs.

Pour ce faire, Marc Durand a épluché les archives pendant trois ans. Il a aussi, évidemment, demandé la contribution de Lafleur lui-même.

« Il a une mémoire phénoménale, mentionne l’auteur. Il se rappelle de plusieurs détails précis. On voit l’attachement qu’il a pour Québec. Quand on lui parlait des tentatives des Nordiques de faire son acquisition, on voyait qu’il était encore fâché après le président de l’équipe Paul Racine. Selon lui, il ne connaissait rien au hockey et s’il avait fait une offre convenable, il l’aurait signé ! Avec du recul, toutefois, il admet qu’il a bien fait de demeurer avec le Canadien puisqu’il a gagné plusieurs coupes Stanley », raconte-t-il.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.