/news/society

Racisme systémique: les autochtones inquiets face au cours de Culture et identité québécoise

Ghislain Picard

Photo d'archives, Agence QMI

Ghislain Picard

L’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) s’inquiète à l’idée que le «contenu nationaliste» du cours de Culture et d’identité québécoise, annoncé dimanche en remplacement de l’Éthique et culture religieuse, se fasse au détriment des Premières Nations.

• À lire aussi: «Rien de partisan» dans le nouveau cours qui remplacera ECR, se défend Roberge

• À lire aussi: Les évêques déçus de la fin du cours d’Éthique et culture religieuse

«À quel message aux jeunes Québécois peut-on s’attendre de la part d’un gouvernement provincial qui s’acharne à nier les racines profondes de la discrimination et du racisme qui en font un fléau systémique?», s’est interrogé l’APNQL par communiqué.

Son chef, Ghislain Picard, a dénoncé qu’à son avis, le gouvernement Legault s’acharne non seulement à nier, mais à combattre devant les tribunaux l’existence même de droits fondamentaux des Premières Nations, dont ceux à l’autodétermination et de se gouverner selon leurs droits, coutumes et traditions.

Il craint que les élèves se fassent convaincre qu’il est légitime et juste d’avoir construit la richesse collective du Québec sur le dos des Premières Nations, en les privant du droit à leurs territoires et à leurs ressources.

L’APNQL prône plutôt la «réconciliation systémique» que proposent les Premières Nations aux Québécois.

«Il y a d’autres façons de construire la fierté nationale», a souligné M. Picard.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.