/news/politics

L’industrie pétrolière voit «du bon dans la nomination» de Steven Guilbeault à l'Environnement

Malgré la croyance populaire, l’industrie pétrolière accueille favorablement la nomination de Steven Guilbeault à la tête du ministère de l’Environnement.

• À lire aussi: Le Canada atteindra son objectif en environnement selon Guilbeault

• À lire aussi: Guilbeault à l’Environnement: salué par les écologistes, déploré en Alberta

• À lire aussi: Un cabinet qui «pose un risque pour l’unité nationale», selon O’Toole

«Je vais peut-être vous surprendre, mais il y a beaucoup de bon dans cette nomination, si ce n’est que du fait que monsieur Guilbeault connait très bien les dossiers environnementaux dont celui des changements climatiques», mentionne Carol Montreuil, vice-président de l’Association canadienne des carburants pour l’est du Canada.

Entrevue avec Steven Guilbeault, ministre de l’environnement et des changements climatiques du Canada

En plus de son expertise dans les dossiers environnementaux, c’est le sens de la négociation de Steven Guilbeault qui intéresse l’industrie pétrolière.

«Ceux qui connaissent M. Guilbeault depuis longtemps, savent très bien que même comme environnementaliste, c’était quelqu’un qui pouvait s’asseoir avec toutes les parties prenantes dont l’industrie que nous sommes, donc je crois que mes collègues de l’ouest du canada qui le connaît moins que nous au Québec auront avantage et seront agréable surpris du type de personne qu’il est», dit-il.

Pourtant, Steven Guilbeault souhaite mettre fin à toutes les subventions aux entreprises qui exploitent des hydrocarbures et des énergies fossiles, ce qui représenterait un recul pour les entreprises pétrolières. Malgré tout, le vice-président de l’Association canadienne des carburants croit que le nouveau ministre de l’Environnement va travailler avec eux pour trouver des compromis.

«La politique c’est l’art du possible, au cours de prochaines années, M. Guilbeault fait face à des défis extrêmement important. Il va devoir s’asseoir, discuter avec toutes les parties prenantes et trouver ce qu’on appelle des compromis parce que de notre côté on veut contribuer à préserver l’économie canadienne, on veut aussi réduire nos émissions de gaz à effet de serre», explique M. Montreuil

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.