/finance/homepage

Hausse prévue des dépenses pour les Fêtes

Joël Lemay / Agence QMI

Les consommateurs canadiens ont prévu dépenser davantage cette année pour leurs achats des Fêtes, ont souligné mercredi les analystes de Deloitte Canada dans leur étude sur le magasinage des Fêtes 2021. 

• À lire aussi: Pénuries: «achetez vos cadeaux de Noël maintenant!»

• À lire aussi: Une pénurie de sapins de Noël pire que jamais

• À lire aussi: C’est le temps de commencer les achats des Fêtes

En moyenne, les Canadiens devraient dépenser 30% de plus par rapport à l’année 2020. Ils se sont notamment prévu un budget de 1841 $, soit une augmentation de 436 $ en un an.

Ce qui témoigne «de l’optimisme et de la confiance qu’éprouvent les Canadiens à l’aube de la période des Fêtes, pas seulement envers leurs économies personnelles, mais aussi envers l’économie du pays», a déclaré Marty Weintraub, associé et leader national du secteur du commerce de détail chez Deloitte Canada.

Les participants à l’étude de Deloitte ont prévu dépenser la plus grande partie de leur budget des Fêtes (55 %) dans des magasins physiques, notamment pour l’expérience transactionnelle, la facilité des retours de marchandises et pour économiser sur les frais de livraison. Tandis que 41 % du budget serait réservé pour les achats en ligne.

Le géant américain Amazon sera la principale destination pour le magasinage en ligne des Canadiens. C’est du moins ce que 62 % des répondants au sondage ont fait savoir. Au total, les Canadiens ont envisagé de faire leurs achats dans cinq magasins et sur sept sites internet pendant la période des Fêtes, ont révélé les analystes.

Devancer la féérie

Le tiers des consommateurs (35 %) ont prévu commencer leurs achats avant le mois de novembre, 14 % ont l’intention de terminer leur magasinage d’ici le Cyberlundi (29 novembre) et 65 % s’attendent à terminer leur magasinage en décembre, soit 10 points de pourcentage de moins qu’en 2019.

Cet empressement à faire les achats plus tôt cette année reflète les préoccupations croissantes concernant les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement en raison de la pandémie, les retards de livraison et la volonté d’éviter les longues files d’attente ou les magasins bondés, ont souligné les experts de Deloitte Canada dans les résultats de leur étude, publiés mercredi.

Au plus fort de la crise, les commençants en ligne ont su tirer leur épingle du jeu, «cela dit, il ne fait aucun doute que les magasins physiques offrent une expérience de plus en plus transactionnelle», a ajouté M. Weintraub.

Donner au suivant

Les Canadiens ont aussi l’intention de hausser leur budget de dons. Cette année, ils entendent donner en moyenne 153 $ pour venir en aide aux plus démunis. Tandis qu’en 2019, ils avaient donné en moyenne 87 $.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.