/news/society

Plaidoyer pour que Fido puisse prendre le métro à Montréal

Me Sophie Gaillard

Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal / Agence QMI

La SPCA de Montréal demande à la prochaine administration de donner le droit aux chiens en laisse de prendre le transport en commun avec leur maître, comme c’est déjà le cas dans plusieurs grandes villes européennes. 

«L’interdiction [actuelle] restreint sévèrement l’accès aux grands parcs, mais aussi aux soins vétérinaires. Et elle affecte disproportionnellement les personnes à faible revenu qui n’ont pas de voiture», affirme Sophie Gaillard, directrice des affaires juridiques à la SPCA de Montréal. 

Émilie Mandeville, intervenante chez Dans la rue, côtoie d’ailleurs plusieurs jeunes démunis obligés de marcher chaque semaine des kilomètres et des kilomètres avec leur animal de compagnie en raison de cette règle qu’elle aimerait voir modifiée. 

«Ça faciliterait tellement leurs déplacements», dit la responsable des animaux de l’organisme.

Surtout que des métropoles comme Paris, Londres, Berlin, ou même Toronto permettent aux chiens de prendre l’autobus ou le métro à condition d’être en laisse. 

À Montréal, la SPCA propose d’étudier la possibilité de limiter les wagons et les plages horaires où Fido serait le bienvenu. Bien que le port de la muselière soit exigé dans certains réseaux de transport, l'organisme n'envisage pas cette option ici. 

«Il y a des moyens d’accommoder tous les usagers, autant ceux qui ont des chiens que ceux qui sont allergiques ou qui ne souhaitent pas en côtoyer», suggère Me Gaillard.  

Petit à petit

Toutefois, une intervenante en comportement canin favorable à l’idée prévient que le transport en commun pourrait provoquer beaucoup d’anxiété chez les chiens. 

«Il y a le bruit, les coups de vent, la proximité, la quantité de personnes, les escaliers roulants...», énumère Danka Janosz de chez Pitou urbain. 

Cette dernière est convaincue de la nécessité d’éduquer autant les chiens que leurs propriétaires. 

«Il faudra désensibiliser les chiots et y aller très graduellement avec les autres pour assurer la sécurité de tout un chacun», rappelle-t-elle.

Ouverture chez les candidats

Du côté des partis politiques municipaux qui débattront à l’invitation de la SPCA de Montréal ce mercredi, la proposition est bien accueillie.

Projet Montréal aimerait d’abord lancer un projet pilote avec la STM tandis qu’Ensemble Montréal serait ouvert à ce que les chiens prennent le transport en commun en dehors des heures de pointe, dans un wagon prédéfini. 

Mouvement Montréal, aussi en faveur de l’idée, fustige le parti de Valérie Plante pour son immobilisme. 

«C’est absurde qu’une administration qui recommande d’abandonner sa voiture ne permette pas aux gens de prendre le métro quand ils ont un animal», illustre Patricia Tulasne, qui brigue la mairie de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Seul Louis Chandonnet d’Action Montréal est contre. «Il est difficile de prévoir que l'éducation canine est adéquate pour permettre la mesure et assurer la sécurité des usagers contrairement à un chien guide», a-t-il justifié par écrit au Journal. 

Pas pour le moment

À l’heure actuelle, la Société de transport de Montréal interdit les animaux dans son réseau, à l’exception de ceux en cage ou des chiens d’assistance, pour des raisons de santé et de sécurité. 

«Cette décision a été prise de concert avec les autres sociétés de transport de la région (RTL, STL et ex-AMT, maintenant devenu exo)» précise sa porte-parole Amélie Régis. 

De plus, la STM «n’a pas l’intention de modifier le cadre réglementaire entourant cette disposition et [n’a] pas été approchée en ce sens».

La STM a reçu 38 plaintes au sujet de son règlement depuis le début de l’année. 

Le débat organisé par la SPCA aura lieu ce mercredi 27 octobre à 19 h 30 et sera diffusé en direct sur la page Facebook de l’organisme. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.