/news/currentevents

Sauvetage de plus de 35h chez Domtar : «un travail d’acharnement»

L’opération de sauvetage visant à récupérer deux employés qui travaillaient dans un silo de l’usine Domtar de Windsor se poursuivait toujours mercredi, plus de 35 heures après l’accident de travail. 

• À lire aussi: L’opération de sauvetage toujours en cours à l’usine Domtar

• À lire aussi: L'effondrement d'un échafaudage fait une dizaine de blessés à Windsor

Même si l’état de santé des deux travailleurs coincés est inconnu, que les secouristes n’ont pas eu de signes de vie, les secouristes tentent toujours de les atteindre. 

L’opération minutieuse est menée par les membres de l’unité de sauvetage en hauteur et en espaces clos du Service de protection des incendies de Sherbrooke.

«La difficulté, c’est l’accès, mais aussi, qu’à chacun des objets qu’on enlève, il faut mesurer l’impact sur le restant de la structure. Ce qu’il faut faire, c’est un travail d’acharnement, de patience, pour réussir à déblayer l’endroit où les gens sont pris», explique Stéphane Simoneau, directeur du service des incendies de Sherbrooke. 

Tout savoir en 24 minutes avec Mario et Vincent

Chaque pièce d’équipement doit donc être retirée une à la fois et évacuée par le haut dans l’espoir de rejoindre les travailleurs, sans causer un nouvel effondrement. 

Le cylindre où les experts doivent s’aventurer et au fond duquel sont coincés les travailleurs fait une soixantaine de mètres de haut, pour un diamètre d’une dizaine de mètres. 

L’accès au cylindre est possible grâce à trois trappes d’une trentaine de pouces, soit environ 75 cm. 

L’accident s’est produit vers 1h15 dans la nuit de lundi à mardi, dans l’usine qui était en arrêt pour permettre les travaux. 

L’échafaudage qui se trouvait à l’intérieur, et qui faisait cinq étages de haut, s’est effondré sur les travailleurs pour une raison qui n’est pas officiellement connue. 

Des caméras thermiques ont été utilisées afin de localiser les victimes, mais elles n’ont pas donné de résultat en raison des nombreux décombres. 

L’événement est toujours sous enquête par le CNESST et également la Sûreté du Québec. 

Les crimes majeurs de la SQ sont déployés sur place, et un poste de commandement a été établi.  

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.