/news/politics

Costumes de «Squid Game»: Legault déplore à son tour la décision des directions d’école

Après la sortie de son ministre de l’Éducation pour déplorer la décision de certaines directions d’école d’interdire tout costume inspiré de la série «Squid Game», le premier ministre François Legault en a rajouté vendredi, qualifiant le geste d’«extrême» et de «pas acceptable». 

• À lire aussi: Censure et éducation : «l’école ne réglera pas tous les problèmes»

• À lire aussi: Squid Game: des déguisements populaires malgré l’interdiction

• À lire aussi: Tout costume de «Squid Game» interdit dans des écoles pour l’Halloween

«Moi, quand j’étais jeune, on se déguisait en sorcière, en monstre, mais ce n’est pas parce qu’on voulait appuyer les sorcières et les monstres», s’est-il remémoré en répondant aux questions des journalistes après une conférence de presse sur la Côte-du-Sud.

«Là on est rendu dans une société où bientôt on n'aura plus le droit de faire quoi que ce soit», s’est-il inquiété.

Devant la popularité grandissante de la série «Le jeu du calmar», ou «Squid Game» en anglais, des directions interdisent tout costume faisant référence à cette production violente pour les activités d’Halloween qui se dérouleront dans leur école, a rapporté «Le Journal de Québec», jeudi.

Une décision contestée par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, qui a récemment signé une lettre ouverte avec son homologue français. Intitulée «L’école pour la liberté, contre l’obscurantisme», la missive s’oppose à ce que les ministres qualifient de «dérives liées à la culture de l’annulation».

Dans le réseau scolaire, des directions d’école reprochent plutôt au ministre Roberge de s’ingérer dans la gestion des écoles.

«Comme il l’a si bien dit si souvent, il faut que les décisions soient prises par ceux qui connaissent les élèves par leur nom», a affirmé Kathleen Legault, présidente de l’Association montréalaise des directions d’établissement scolaire.

Or, selon François Legault, il s’agit plutôt d’«avoir un équilibre» et cette tendance à interdire certains costumes ou œuvres «est un problème qui est pas unique au Québec et c’est pour ça que le ministre de l’Éducation du Québec a écrit une lettre avec le ministre de l’Éducation de la France».

«Quand c’est rendu que du monde brûle des "Tintin", je pense qu’on exagère», a-t-il commenté, vendredi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.