/news/society

Pensionnats autochtones: négociation pour une entente d’indemnisation

Le Ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller.

Photo AFP

Le Ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller.

Le gouvernement fédéral a mis sur pause le processus judiciaire sur l’indemnisation des enfants autochtones retirés de leur foyer afin d’en arriver à un accord à l’amiable.

• À lire aussi: Pensionnats autochtones: le pape se rendra au Canada à une date non déterminée

• À lire aussi: Expédition des premières nations: 4500 km en motoneige pour la réconciliation

• À lire aussi: Pensionnats autochtones: Jean Chrétien persiste et signe

« Le gouvernement du Canada et les parties, la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations et l’Assemblée des Premières Nations annoncent que nous avons convenu de travailler ensemble dès aujourd’hui afin d’en arriver à une résolution globale d’ici décembre 2021 », ont déclaré les ministres des Services aux Autochtones, des Relations Couronne-Autochtones et de la Justice, respectivement Patty Hajdu, Marc Miller et David Lametti, tard vendredi.

Le gouvernement avait jusqu’à vendredi pour interjeter l’appel de la décision du tribunal qui a déclaré que chaque enfant des Premières Nations ainsi que ses parents ou grands-parents qui ont été séparés étaient admissibles à recevoir 40 000 $ en compensation.

Quelque 54 000 enfants et leurs familles pourraient être admissibles, ce qui signifie qu’Ottawa aurait à verser plus de 2 milliards $.

« Nous ne nous opposons pas du tout au besoin d’indemniser les enfants », a souligné la ministre Hajdu.

« Le gouvernement s’est engagé à indemniser ceux qui ont subi des préjudices, a renchéri le ministre Miller. Les enfants ont droit à 40 000 $ chacun comme l’ordonne le tribunal. On n’a pas l’intention de réduire les montants qu’on compte verser aux familles et aux enfants. »

Appel déposé

Le gouvernement a cependant déposé un « appel conservatoire » de la décision du tribunal au cas où les négociations n’aboutiraient pas.

Bien qu’elle participe aux discussions, la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations s’est dite « déçue » de ce développement « car cela va continuer à retarder la compensation pour les victimes ».

Mais M. Miller a souligné que payer les compensations « d’un coup » ne réglerait pas le système de protection à l’enfance qui continue de retirer les enfants autochtones à leur famille de façon injuste et discriminatoire.

« L’argent ne peut pas réparer ce tort à long terme. On parle aujourd’hui de régler un système brisé », a-t-il dit.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.