/finance/realestate

Les problèmes derrière l'inoccupation immobilière commerciale

«On est revenus à la normale par rapport à la pandémie, mais il reste des fractures qui devront être adressées au niveau des artères commerciales de la région de Montréal», explique Christian-Pierre Côté, président de Côté Mercier Conseil Immobilier. 

• À lire aussi: Des artères sauvées par l’achat local

• À lire aussi: Le marché canadien de l’habitation reste vulnérable

La compagnie présente une nouvelle étude sur l'inoccupation immobilière dans le grand Montréal et ailleurs dans la province. 

L'inoccupation immobilière commerciale au Québec est à un taux de 5,5%, de 4,3% à l'ouest de la province et de 6,2% à l'est de la province. 

De ces locaux vides, 40% sont utilisés pour la vente, et 25% pour la restauration. 

L'inoccupation commerciale dans la métropole   

À Montréal, les rues qui tirent le mieux leur épingle du jeu sont les rues Masson et Jarry, et la perdante est la rue Saint-Denis. 

Ce qui fait le succès de la rue Masson, c'est la myriade de commerces de proximité «axés sur leur clientèle», souligne M. Côté. 

Pour ce qui est de la rue Jarry, «c'est assurément l’aménagement urbain, l’éclairage, et le mobilier urbain qui améliorent les choses, c’était rendu à un point où il fallait intervenir.»  

En revanche, ce qui fait de la rue Saint-Denis la grande perdante de l'étude, c'est un ensemble de problèmes, selon M. Côté. 

«On finit une période de rénovations qui s’est étalée dans le temps», dit-il. «Il y a aussi des problèmes au niveau de la structure. Il faut toujours monter deux marches ou en descendre trois pour arriver à un local. Je pense à St-Laurent à côté qui n’a pas cette problématique-là et qui performe super bien.»

M. Côté se demande si tous les locaux au rez-de chaussée devraient être occupés par des commerces. 

«Il y a aussi un problème visuel dans cette artère-là, on semble avoir laissé faire un peu n’importe quoi à différentes époques. Il y a peut-être un manque d’unité, mais c’est un ensemble de problématiques», rajoute-t-il. 

Selon l'expert, qu'on soit à un taux d'inoccupation de 6,5% alors que c’était pire avant, c’est déjà annonciateur de de bonnes nouvelles à Montréal. 

Des réglementations demandées   

Un autre problème qui cause l'inoccupation des immeubles commerciaux, selon Glenn Castanheira, directeur général de la Société de développement commercial Montréal Centre-Ville, c'est l'absence presque totale de réglementation pour encadrer l’entretien des immeubles commerciaux. 

«Simplement dit, c’est le Far West en ce moment, ce qui fait en sorte qu'il est beaucoup plus profitable de laisser un immeuble pourrir et décrépir plutôt que de le louer», se désole-t-il. 

«Ça fait plus d’une décennie qu’on le dit, c’est d’adopter une réglementation sur les immeubles et les locaux vacants», martèle-t-il.

Il explique que des réglementations existent presque partout ailleurs, comme à Chicago. 

«Pourquoi c’est un problème à Montréal? Ça n’a jamais été une priorité électorale jusqu’à aujourd’hui», note M. Castanheira. 

Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec Glenn Castanheira, D.G de l’organisme Montréal Centre-Ville sur QUB radio : 

«Je suis heureux que les trois principaux candidats à la mairie de Montréal, autant Mme Plante, que M. Coderre, que M. Holness, se soient engagés à adopter une réglementation pour encadrer les immeubles et les locaux vacants», ajoute-t-il. «Nous, on demande que ça se fasse en première année de mandat en 2022.»

Le taux d'inoccupation ailleurs au Québec  

Le taux d'inoccupation est plus élevé dans l'est du Québec.

«Il y a une problématique qui semble assez évidente», dit M. Côté. 

Il note que les anciens centre-villes de villes comme Chicoutimi, Jonquière, Rimouski et Baie-Comeau, semblent avoir de la difficulté au profit des artères d’accès. 

«Quand on rentre au boulevard Talbot à Chicoutimi, on voit que les commerces sont faciles d’accès par automobile, il y a de la disponibilité de stationnement, donc c’est une des conclusions qu’on tire de ce constat-là», note M. Côté. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.