/news/politics

«Tolérance zéro» pour le harcèlement, affirme Dominique Anglade

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, a affirmé qu’elle souhaitait le Parti libéral soit exempt de harcèlement et d’intimidation. 

• À lire aussi: Bisbille chez les libéraux: Marie Monpetit se fait montrer la porte

• À lire aussi: Chicane au PLQ: Marie Montpetit et Gaétan Barrette perdent leur poste de porte-parole

• À lire aussi: Bisbille chez les libéraux: Anglade se porte à la défense de Montpetit

«Une chose qui est extrêmement importante pour moi c’est qu’on veut avoir un environnement de travail où il n’y a pas de harcèlement, où il n’y a pas d’intimidation. C’est extrêmement important d’envoyer ce message-là à tout le monde», assure la politicienne en entrevue avec Mario Dumont. 

«Je ne veux tolérer aucun comportement où on manque de respect, ou bien à des employés, ou bien à des collègues. C’est tolérance zéro, le message ne peut être plus clair», affirme Mme Anglade. 

La cheffe réagissait lundi au dépôt d’une plainte de harcèlement psychologique à l’endroit de sa députée, Marie Montpetit, une information d’abord révélée par La Presse.

Après s’être vu retirer son poste de porte-parole en matière de Santé et des Services sociaux samedi, Marie Montpetit se trouve donc à nouveau dans l’eau chaude.

Le député Gaétan Barette a aussi perdu ses responsabilités de porte-parole en matière de Finances publiques et pour le Conseil du trésor. 

La cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade, a toutefois tenu à préciser que le retrait des postes de porte-parole de Mme Montpetit et de M. Barette sont «deux choses distinctes.»

Dominique Anglade confirme cependant qu’il y a «des victimes», sans pour autant dévoiler les faits reprochés à la députée Montpetit. 

«Je ne peux pas dévoiler exactement ce que nous avons reçu, ou pas reçu, parce qu’automatiquement ça met les victimes dans une situation extrêmement difficile où le lien de confiance peut être brisé», explique Mme Anglade. 

«Ce que je peux vous dire, c’est que lorsque j’ai appris certaines choses, il y a eu des rencontres, il y a eu un processus qui a été suivi», assure la cheffe. 

«Donc on peut déduire que c’est assez grave comme allégations pour retirer des dossiers à une des députées les plus en vue du caucus?», a alors demandé Mario Dumont à la cheffe. 

«Oui», a-t-elle répondu. 

Écoutez la rencontre Foisy-Robitaille avec Philippe-Vincent Foisy, Antoine Robitaille et Benoit Dutrizac sur QUB Radio: 

De son côté, Marie Montpetit a réagi par écrit. «J’ai toujours placé le respect mutuel au cœur de mes relations professionnelles. Je souhaite qu’un processus d’enquête formel soit déclenché rapidement afin de me permettre de rétablir les faits et ainsi défendre ma réputation», écrit-elle. 

Dominique Anglade a surtout tenu à profiter de son entrevue pour réaffirmer sa volonté de faire de son parti un endroit de travail où le climat était sain. 

«Je veux vraiment établir un climat de confiance pour tout le monde», lance la cheffe. 

 Écoutez la rencontre des analystes politiques Marc-André Leclerc et Elsie Lefebvre sur QUB radio:

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.