/news/coronavirus

Le shérif de Los Angeles dénonce l'obligation vaccinale pour ses policiers

Le shérif du comté de Los Angeles a vivement critiqué lundi l'obligation faite à ses policiers de se vacciner contre la COVID-19, affirmant que cela risquait de pousser de nombreux récalcitrants à la démission ou à un départ à la retraite anticipé.

• À lire aussi: Vacciner ou non ses enfants contre la COVID? Le dilemme des parents américains

• À lire aussi: Vaccin anti-COVID: Pfizer prévoit des recettes annuelles de 36 G$

Cet été, le comté de Los Angeles, où vivent environ dix millions d'habitants, a décrété que tous ses employés, policiers compris, devaient être vaccinés contre le coronavirus d'ici au 1er octobre.

Le shérif du comté, Alex Villanueva, a affirmé lundi lors d'une conférence de presse que plus du quart de ses quelque 16 000 employés (4185, dont 3187 policiers) risquaient de perdre leur emploi en raison de ce décret.

«Imaginez ce qui se passerait si chacun d'entre eux était licencié», a lancé le shérif.

«C'est triste, mais (ce décret) est en train de nuire à notre capacité à assurer la sécurité publique dans le comté de Los Angeles», a-t-il lancé.

«Actuellement, je suis en sérieux sous-effectif», a insisté M. Villanueva, agitant le spectre d'une hausse de la criminalité.

51,7 % des employés des services du shérif vaccinés

Alors que dans l'ensemble de la population du comté, 72% des habitants âgés de douze ans ou plus sont vaccinés, ce taux n'était lundi que de 51,7% au sein des services du shérif, a dit M. Villanueva.

Et ce taux tombe à seulement 42,8% parmi les seuls policiers. «Dans une profession où les gens qui sont plutôt conservateurs sont majoritaires, c'est ce à quoi on peut s'attendre», estime-t-il, soulignant que beaucoup «ne croient tout simplement pas au vaccin», notamment pour des raisons liées à «l'idéologie politique».

Le shérif de Los Angeles, qui remettra son siège en jeu lors d'élections l'an prochain et a multiplié récemment les déclarations et prises de position conservatrices, accuse les dirigeants du comté d'être responsables de la situation.

«Il y a vraiment un groupe de gens très bizarres qui sont aux commandes. Ils se prosternent devant l'autel du ''wokisme''», accuse-t-il, employant un terme fourre-tout désignant des idées progressistes et souvent favorables aux minorités. «Ils ne comprennent pas que la population dit ''non, nous voulons voir des policiers dans les rues''».

Les services du shérif de Los Angeles sont les plus importants du genre aux États-Unis. Ils sont notamment chargés du maintien de l'ordre dans 42 villes du comté, de 141 localités dépourvues de structures municipales ainsi que dans des hôpitaux, des universités et les transports publics.

La ville de Los Angeles dispose de sa propre force de police, comme de nombreuses autres villes du comté.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.