/news/municipales2021

Denis Coderre dévoile sa liste de clients et ses revenus

Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Le dernier employeur de Denis Coderre est maintenant connu: l'imprimeur TC Transcontinental.

• À lire aussi: Des mandats privés rattrapent le candidat à la mairie Denis Coderre

• À lire aussi: Déclarations de revenus de Coderre: «l’important est de savoir pour qui il a œuvré»

• À lire aussi: «Je ne suis pas revenu pour l’argent», dit Coderre

L’aspirant maire a travaillé pour l'entreprise, sous contrat, de juillet 2019 et mars 2021.

«À la demande de Denis Coderre et dans l’intérêt public, TC Transcontinental lève son entente de confidentialité et confirme avoir retenu les services de Denis Coderre en conseil stratégique en ce qui touche l’économie circulaire et les investissements en recyclage de l’entreprise dans l’est de Montréal» a indiqué l’entreprise.

Denis Coderre a dévoilé la liste d’organisations avec lesquelles il a travaillé un peu plus tôt au courant de la journée de mercredi. Une dernière entreprise restait toutefois inconnue, en raison d’une entente de confidentialité qui ne pouvait être levée.

«Ma valeur c’est important, dont de faire preuve d’intégrité. Je me devais d’attendre un certain temps, et j’étais prêt à prendre un peu plus de chaleur, mais je respectais ces valeurs», a expliqué M. Coderre.

Le chef d’Ensemble Montréal a effectué deux contrats pour TC Transcontinental, entre juillet 2019 et mars 2020, ainsi que de novembre 2020 à mars 2021.

Au total, il a offert ses services à huit entreprises entre 2018 et 2021, engendrant des revenus de 364 428$, plus une pension de député de 93 835$. Le candidat à la mairie a toutefois mis fin à tous ses contrats à l’annonce de son retour en politique, en mars dernier.

 

M. Coderre a aussi insisté sur le fait qu’il n’avait pas travaillé sur le dossier du Publi-Sac. «J’ai travaillé sur l’économie circulaire, qui est de prendre des choses qui vont nous permettre de créer de l’emploi et de combattre les iniquités sociales.»

«L’autre élément, c’est que dans l’est de Montréal, il y avait une situation d’une usine qu’on voulait installer, et on avait le choix entre Montréal ou du côté des États-Unis, alors j’ai donné mes consignes», a-t-il expliqué.

M. Coderre a précisé qu’en cas de victoire, il consultera le commissaire à l’éthique pour discuter de l’ensemble des dossiers sur lesquels il a travaillé.

Coderre en «mode panique» selon Plante

La cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante, ne s’est pas montrée convaincue par les explications avancées par son adversaire. Elle estime que la liste a été faite «sur le bout d’une table» par un Denis Coderre en «mode panique».

«Je pense qu’il y a beaucoup de Montréalais qui se disaient que Denis Coderre avait changé, qui voulaient y croire, et qui sont déçus. C’est exactement la même personne qu’en 2017 qui cache des informations, et pour qui la transparence n’est pas une valeur fondamentale», a-t-elle attaqué.

Pour elle, le fait que M. Coderre ait notamment travaillé pour Cogir, un promoteur immobilier, devrait le disqualifier de parler des enjeux d’habitation. Elle rappelle à cet effet que M. Coderre souhaite changer le Règlement pour une métropole mixte (20-20-20). «Denis Coderre est-il là pour les Montréalais, ou pour les promoteurs?», a-t-elle demandé.

Écoutez la rencontre des analystes politiques Elsie Lefebvre et Marc-André Leclerc sur QUB radio

La mairesse sortante estime que les candidats en lice doivent être exemplaires et intègres dans tous les domaines, et que le scénario actuel ressemble à celui qui prévalait en 2017, lorsqu’il a été défait.

«C’est entièrement de sa faute ce qu’il se passe en ce moment, mais c’est parce que cette valeur de transparence ne semble pas être au cœur de ses priorités», a-t-elle surenchéri, rappelant au passage que Denis Coderre et son parti Ensemble Montréal n’ont toujours pas dévoilé leur cadre financier, à quatre jours des élections.

Après sa défaite en 2017, Denis Coderre a travaillé ou a œuvré pour:

- Conseiller stratégique chez Cogir (2019 – mars 2021) 

- Conseiller stratégique pour la Fédération internationale de l’automobile (FIA) (2018 - 2019) 

- Conseiller stratégique pour Stingray (2018 - mars 2021) 

- Conseiller stratégique et administrateur pour le Parc Oméga (2020 - mars 2021) 

- Conseiller stratégique pour Felix & Paul Studios (février 2020 - mars 2021) 

- Ambassadeur pour la Fondation de l’Hôpital général juif (mai 2018 - mars 2021) 

- Administrateur (représentant de la CDPQ) chez Eurostar (novembre 2018 – Mars 2021) 

- Conseiller stratégique pour TC Transcontinental (juillet 2019 - mars 2020 et novembre 2020 - mars 2021)

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.