/news/world

Fillettes vendues en Afghanistan: comment aider les familles?

Les images de la fillette afghane vendue à un vieil homme en ont choqué plusieurs dans le monde. Puisque les Afghans ne bénéficient pas d’une aide internationale, la pauvreté extrême et une sécheresse qui sévit font que le corps d’une petite fille est marchandé dans de telles conditions.

• À lire aussi: Parwana, 9 ans, vendue à un homme de 55 ans en Afghanistan

Âgée seulement de 9 ans, Parwana rêvait de devenir professeure, mais elle a été vendue par son père qui n'avait plus d'argent pour nourrir sa famille. Malheureusement, c’est «de plus en plus» une réalité en Afghanistan.

«Je pense que ça va arriver de plus en plus parce que pour survivre, une survie de ce genre-là, ils n’ont aucun autre choix, a analysé Ismatullah Habibi, de l’Association éducative transculturelle, au TVA Nouvelles de 17h, mercredi.

Avant que les talibans n’arrivent au pouvoir, le père de la fillette réussissait à faire vivre les siens grâce à l'aide humanitaire. Que peut-on faire pour aider ces familles? C'est la question que se posent bien des Québécois.

«Pour le moment, en tant que citoyens, on ne peut pas faire grand-chose, donc on ne sait même pas à qui on doit envoyer, qui on peut aider, est-ce que l'argent va arriver à destination? Je ne suis pas sûr», ajoute M. Habibi.

D'autres intervenants sont plus optimistes, comme Mercedes Orellana, du Service d’aide aux Néo-Canadiens.

«Je pense que la pression citoyenne, de la population sur le gouvernement, sur l'opinion internationale aussi, sur les organisations internationales, peuvent agir comme la Croix-Rouge internationale pour amener de la nourriture aux familles.»

Pour les Québécois qui souhaitent faire un don, vous pouvez notamment le faire à la Croix-Rouge canadienne. Le mois dernier, l’organisme a créé un fonds de secours : Crise humanitaire en Afghanistan.

Il est aussi possible de parrainer des réfugiés afghans pour qu'ils puissent venir au Canada.