/news/coronavirus

Québec renonce à la vaccination obligatoire

Québec a renoncé mercredi à la vaccination obligatoire pour les employés actuels du réseau de la santé, mais l’obligation demeurera en place pour les nouveaux employés. 

• À lire aussi: Travailleurs de la santé non vaccinés : un danger pour les personnes vulnérables

• À lire aussi: «Je suis très déçue du recul», dit une intensiviste

• À lire aussi: La danse et le karaoké à nouveau permis au Québec

D’abord prévue le 15 octobre, la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé avait été reportée d’un mois. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a précisé mardi que des 14 000 employés non vaccinés répertoriés il y a trois semaines, 12 000 ne se sont toujours pas fait inoculer.

De ce nombre, 8000 personnes sont des personnes qui travaillent sur le terrain et 5000 d'entre elles sont en contact direct avec des patients. Environ 1200 infirmières ne sont pas inoculées contre la maladie, selon le ministre Dubé.

Les employés de la santé non vaccinés devront toujours subir trois tests de dépistage par semaine pour continuer à travailler. Le dépistage devra se faire avant le quart de travail des employés. Le gouvernement assumera les frais reliés au dépistage. 

Écoutez la rencontre des analystes politiques Elsie Lefebvre et Marc-André Leclerc sur QUB radio :

«Les employés de la santé qui refuseront le dépistage seront suspendus sans solde», a prévenu M. Dubé.

«Le réseau ne peut se passer de ces personnes, a indiqué M. Dubé. 8000 personnes, ça représente plus de 500 diminutions ou réorganisations de services.»

Christian Dubé a par ailleurs fait savoir que les employés non vaccinés n'auront pas droit de toucher les primes COVID.

Le ministre s'est toutefois réjouit du fait que 97% des travailleurs sont vaccinés. «C’est exceptionnel, mais c’est pas parfait.»

«C’est inadmissible. C’est difficile à comprendre que des gens qui ont étudié en santé refusent de se faire vacciner alors que tous les experts dans le monde sont unanimes. Malheureusement, on est obligé de les garder. C’est pas idéal», a mentionné le premier ministre François Legault depuis l’Écosse, plaidant qu’il s’agissait de la moins pire des décisions dans la balance des inconvénients.

Écoutez La Rencontre Lisée – Mulcair avec Jean-François Lisée et Thomas Mulcair au micro de Richard Martineau sur QUB radio : 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.