/regional/montreal/montreal

Coderre demande le départ d’un candidat de Projet Montréal

Denis Coderre demande la démission d’un élu de Projet Montréal ayant fait l’objet d’une plainte pour agression sexuelle, mais la formation politique parle d’une «allégation non fondée» et sa cheffe Valérie Plante s’est portée à la défense de son candidat.

«La mairesse a menti, elle était au courant. Pour elle, les allégations, c’est pas assez fort. Moi, je pense à la victime présentement», a déclaré M. Coderre, chef d’Ensemble Montréal, qui reproche à son adversaire d’avoir la transparence «à deux vitesses», et de ne pas faire elle-même ce qu’elle préconise.

L’aspirant maire avait convoqué les médias jeudi matin avec quelques candidates de son équipe afin de discuter de soutien aux femmes. C’est néanmoins un reportage publié par la CBC qui a retenu toute l’attention.

Selon les informations publiées par la chaîne anglophone, une femme aurait porté plainte contre Craig Sauvé auprès de la directrice générale de Projet Montréal, Marie-Dominique Giguère, pour des allégations d’agression sexuelle. Les faits en question se seraient produits en 2012. La police aurait pour sa part fermé le dossier en 2021.

En 2020, dans la foulée du mouvement Me Too, Mme Plante affirmait toutefois qu’aucun élu de son équipe n’avait fait l’objet de dénonciation pour des actes à caractères sexuels.

«Tout au long de ce moment-là, ils ont gardé la personne à l’interne. Est-ce que c’est ça, une bonne transparence? C’est de protéger quelqu’un sans savoir exactement. En tant que femme, je trouve que c’est un irrespect incroyable pour la victime», a ajouté Nadine Gelly, qui serait présidente du comité exécutif dans une éventuelle administration Coderre.

Des allégations non fondées, selon Projet Montréal  

Craig Sauvé, qui a été élu pour la première fois en 2013, s’est défendu, via un communiqué, des faits qui lui sont reprochés.

«J'ai fait l'objet d'une allégation non fondée concernant un événement s'étant déroulé en 2012. N'ayant rien à me reprocher, j'ai traité cette allégation de manière collaborative et respectueuse, et après une enquête approfondie, la police a fermé le dossier. Je veux être clair avec tout le monde, je nie catégoriquement ces allégations», a-t-il déclaré.

De son côté, la cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante, s’est portée à la défense de son candidat.

«Le dossier est clos. Le Service de police a fait son travail et a décidé que la plainte n’était pas recevable. Tout le processus a été fait en bonne et due forme, et à ce moment, pour moi, la présomption d’innocence [s’applique]», a-t-elle expliqué.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.