/news/culture

Luc De Larochellière: une rétrospective harmonieuse

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Force tranquille dénonciatrice des travers de l’Amérique, de sa solitude à sa «folitude», Luc De Larochellière a revisité la double aventure musicale «Amère America» et «Sauvez mon âme» lors du festival «Coup de cœur francophone».

Moment phare de la programmation du festival – dont l’édition 2020 fut reportée à cause de la pandémie – le concert inédit a réuni les cinq musiciens et duo de choristes fidèles à l’œuvre culte de l’auteur-compositeur-interprète depuis plus de trois décennies, pour un véritable voyage dans le temps, à la poursuite des succès des deux opus dont les classiques «Amère America», «Cash City», «Si fragile» ou encore «La route est longue».

L’idée de ce concert trottait dans la tête de l’artiste depuis plus d’un an. Dans la foulée de la pandémie, il imagine un événement spécial lors duquel une première partie verra s’enchaîner dans l’ordre chacune des chansons d’«Amère America» en format acoustique, puis une seconde partie tirée de l’album «Sauvez mon âme».

Un spectacle autrement difficile, voire impossible il y a un an, avec entracte, dont le chanteur se réjouit. «J’en profite pour raconter entre les chansons leur genèse, un voyage dans le temps avec mes compagnons de route», a-t-il expliqué.

Accompagné de son acolyte Marc Pérusse, le chanteur muni de sa guitariste maîtrise l’interprétation sans faux accord, avec confiance et humour.

D’ailleurs, il raconte avec espièglerie comment il a retrouvé son groupe originel dont tous étaient encore en vie, à sa grande surprise ; certains plus vivants que d’autres, lancera-t-il avec désinvolture. Il rajoute qu’après quelques minutes, la bande renouait avec la même légèreté amicale qu’avant.

Un brin nostalgique, le compositeur rappelle qu’aucune chanson entonnée samedi soir n’a été écrite après ses 24 ans. À une époque qu’il considère oscillant entre le pire et le meilleur, Luc De Larochellière témoigne toujours sa solidarité pour les peuples par sa poésie intemporelle.

Dans un théâtre Outremont presque plein, le public conquis d’avance, en parfaite communion avec l’artiste, était venu pour «sauver son âme».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.