/news/politics

Air Canada devra s'assurer que Michael Rousseau apprenne le français, affirme Chrystia Freeland

Le président et chef de la direction d’Air Canada, Michael Rousseau, doit être évalué sur sa capacité à apprendre le français, a réclamé lundi la vice-première ministre fédérale Chrystia Freeland dans une lettre ouverte envoyée au conseil d’administration du transporteur aérien. 

• À lire aussi: «C’est carrément inacceptable!» -Pauline Marois

• À lire aussi: Unilinguisme du PDG d'Air Canada: «C’est une situation inacceptable», déclare Trudeau

Revenant sur la controverse de la semaine dernière, déclenchée à la suite d’une remarque de M. Rousseau qui a affirmé pouvoir très bien vivre à Montréal sans apprendre le français dans un discours prononcé en anglais seulement, Mme Freeland a fait part de sa «déception».

«Je vous écris pour exprimer la déception du gouvernement à l'égard des actions récentes du chef de la direction de la compagnie, M. Michael Rousseau. Sa décision de prononcer un discours presque entièrement en anglais et ses commentaires par rapport à l’utilisation de la langue française sont tout à fait incompatibles avec l'engagement qu’a pris la Société à l'égard des deux langues officielles depuis les tout premiers jours de la privatisation d'Air Canada», a fait valoir la vice-première ministre dans une lettre adressée au président du conseil, Vagn Sørensen.

Selon elle, le conseil devrait s’assurer que M. Rousseau respecte son engagement d’apprendre le français, pris au lendemain de la controverse. «L’amélioration notable de la capacité de M. Rousseau à communiquer en français devrait être ajoutée à ses principaux objectifs de rendement établis par le conseil et être un facteur déterminant dans l’évaluation de son rendement annuel par le conseil», a fait valoir Mme Freeland.

La vice-première ministre a aussi demandé que le conseil se livre à un examen de la place accordée au français chez Air Canada. Les résultats de cet exercice devraient ensuite être rendus publics

Le gouvernement Trudeau a rappelé, dans sa missive, qu’Ottawa détient 6 % des actions d’Air Canada. Rappelons qu’un peu plus tôt cette année, le gouvernement avait conclu une entente d’aide de 5,9 milliards $ pour sauver l’entreprise qui battait de l’aile en raison de l’impact de la pandémie.

O’Toole se dit «déçu»

Certains conservateurs québécois, dont Alain Rayes et Gérard Deltell, avaient exprimé leur mécontentement la semaine dernière lors du tollé impliquant M. Rousseau.

Lundi, c’était au tour du chef conservateur Erin O’Toole de se dire «déçu par le discours» du PDG.

Écoutez la rencontre Martineau-Dutrizac avec Richard Martineau et Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

«J’espère qu’il va avoir une approche, un engagement fort sur le français, parce que c’est très important de respecter nos deux langues nationales, incluant avec une entreprise très importante comme Air Canada», a-t-il répondu lorsque questionné à ce sujet.

M. O’Toole ne va toutefois pas jusqu’à réclamer le départ de M. Rousseau, contrairement au Bloc québécois et au NPD.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.