/news/municipales2021

La jeunesse et les femmes à l’avant-plan aux élections municipales

La jeunesse et les femmes auront été les grands gagnants des élections municipales au Québec, signe d’une évolution des mentalités dans la société.

• À lire aussi: «On partait de rien, c’est formidable!» - Catherine Fournier

• À lire aussi: Les résultats des municipales partout au Québec

• À lire aussi: Faible taux de participation à Montréal

«Je pense que c’est intéressant de voir ce changement de cap, mais aussi de voir des femmes qui de plus en plus vont choisir de se porter candidates à des postes importants. J’ose croire que ça pavera la voie à d’autres dans les plus petites municipalités du Québec, mais également sur les scènes politiques québécoises et fédérales», lance Catherine Fournier, nouvelle mairesse de Longueuil.

Si elle est âgée de 29 ans, son homologue à Laval, Stéphane Boyer, lui a 33 ans. Deux exemples parmi tant d’autres qui témoignent d’un virage jeunesse en politique municipale.

«Je pense qu’on est rendu là. Ça fait longtemps qu’on parle de la place des femmes, de la place des jeunes, de la place des diversités culturelles partout dans notre société. [...] Je trouve que c’est un super beau virage qui vient d’être pris», mentionne M. Boyer, qui dirigera le premier conseil municipal paritaire de la Ville de Laval.

Écoutez l’entrevue de l’ex-mairesse de Magog Vicki May Hamm sur QUB radio:

L’élection de maires et conseillers provenant de divers horizons fera en sorte que le conseil municipal sera plus représentatif de la population, estiment les nouveaux élus.

«Qu’est-ce que ça change en fait? C’est que ça représente davantage la population. C’est que chaque citoyenne et chaque citoyen peut se dire qu’il a sa place. Quand on prend des décisions autour de la table, la diversité fait en sorte qu’on va tenir compte de toutes sortes d’expériences de vie», explique Catherine Fournier.

«Souvent, on parle de règlements qu’on adopte, des budgets, de projets qu’on met de l’avant, mais les élus, on a aussi un rôle symbolique. Je pense qu’une des choses qui est intéressantes c’est de contribuer à briser les préjugés. Ce que je souhaite pouvoir démontrer c’est que la compétence n’a pas de sexe, de couleur ou d’âge», ajoute Stéphane Boyer.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.