/news/coronavirus

Les antimasques font vivre un calvaire aux agents de bord

Des passagers d’avion qui refusent de porter le masque à plus de 30 000 pieds du sol font vivre un calvaire aux agents de bord de partout au pays, si bien que les compagnies aériennes constatent une hausse d’agressions au cours des dernières semaines.  

« J’ai terminé une formation avec Air Canada le mois dernier. On a passé une heure sur la façon de contrôler un passager violent avec du ruban adhésif ou des attaches autobloquantes [tie wraps]. Normalement, c’est une dizaine de minutes pour ce module », confie une agente de bord. 

Le Journal s’est entretenu avec cinq de ces professionnels qui préfèrent préserver leur anonymat dans ces pages par crainte de représailles de leur employeur. 

Ils se disent inquiets « de jouer à la police du masque » durant leur travail. Le couvre-visage est en effet obligatoire pendant toute la durée du vol, sauf au moment de boire ou de manger. 

 Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec Dominic Levasseur, Président de la composante Air Transat, sur QUB radio:  

« Au cours des derniers mois, on a vraiment vu une augmentation de passagers hostiles au port du masque. Malheureusement, les cas de violence ou d’agressions envers nos agents de bord, qui les rappellent à l’ordre, augmentent chaque semaine », dénonce Troy Winters, responsable principal de la santé et de la sécurité du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Son organisation représente plus de 15 000 agents de bord de neuf compagnies aériennes canadiennes, dont Air Transat, WestJet et Air Canada. Toutes ces entreprises affirment que les cas de violence sont en hausse, selon M. Winters.

Crachats au visage  

« Je mesure cinq pieds sept, pèse 150 livres et j’ai peur de travailler. J’ai fait un vol le mois dernier entre Montréal et la France. Un passager refusait de mettre son masque parce que tout le monde était vacciné, selon lui. Il a craché sur mes deux collègues en nous traitant d’arriérés. On fait juste appliquer les règles », déplore cette autre agente de bord chez Air Canada. 

Le Syndicat des agents de bord affirme que la violence des passagers se limite pour le moment à des agressions verbales, du harcèlement ou encore des crachats.

 Écoutez la chronique de Vincent Dessureault avec Geneviève Pettersen sur QUB radio
 

Troy Winters a d’ailleurs envoyé une note à ce sujet aux membres des comités de santé et de sécurité des compagnies aériennes le 27 octobre dernier. 

Il dénonçait dans cette lettre les « rapports internes faisant état d’une augmentation des incidents de belligérance, de harcèlement et même de violence envers les agentes et agents de bord » de partout au pays.

Limiter l’alcool à bord  

Le SCFP a aussi fait plusieurs recommandations à ses membres pour limiter les incidents avec les antimasques, dont « limiter la distribution d’alcool » à bord des avions. 

« C’est clairement une solution pour nous. L’alcool, c’est souvent le déclencheur des comportements agressifs. Aussi, en altitude, l’effet de l’alcool dans le sang est augmenté. Des fois, les gens ne s’en rendent pas compte et perdent le contrôle si l’alcool est trop à volonté, par exemple », constate Dominic Levasseur, président de la composante des agents de bord d’Air Transat. 

Dominic Levasseur

Photo courtoisie

Dominic Levasseur

Malheureusement, le SCFP ne dispose pas de statistiques précises en ce moment sur les agressions envers ses professionnels. 

« On travaille avec Transports Canada en ce moment pour voir comment on peut simplifier les rapports pour dénoncer toute forme de harcèlement ou d’agression. En ce moment, il y a beaucoup de paperasse et peu le font à cause de ça », note Troy Winters. 

Une vraie plaie aux États-Unis  

Les passagers antimasques sont devenus un véritable fléau aux États-Unis au cours des derniers mois, au point où des agents de bord suivent désormais des cours d’autodéfense pour se protéger. 

Un reportage diffusé ce mois-ci sur la chaîne américaine CNN révélait que ces professionnels craignaient davantage les passagers antimasques que la COVID-19 dorénavant. 

« Je pense que de plus en plus d’hôtesses de l’air doivent commencer à suivre des cours d’autodéfense et doivent être préparées à se protéger, et c’est triste », affirmait à CNN Mitra Amirzadeh, une agente de bord aux États-Unis.

Cet Américain a été ligoté à son siège avec du ruban adhésif en août dernier sur un vol de Frontier Airlines après avoir prétendument tripoté et attaqué des agents de bord.

Captures d’écran Twitter, k9spams

Cet Américain a été ligoté à son siège avec du ruban adhésif en août dernier sur un vol de Frontier Airlines après avoir prétendument tripoté et attaqué des agents de bord.

Plusieurs vidéos d’antimasques à l’intérieur d’avions sont d’ailleurs devenues virales au cours des derniers mois. L’Américain Maxwell Berry, un passager de 22 ans, en sait quelque chose.

Il a été filmé, alors qu’il était intoxiqué et sans couvre-visage sur un vol de Frontier Airlines en août dernier. 

Il avait même été ligoté à son siège avec du ruban adhésif après avoir prétendument tripoté et attaqué des agents de bord. 


Passagers indisciplinés aux États-Unis en 2021 

-85 % des agents de bord ont eu affaire à des passagers indisciplinés    

-1 agent de bord sur 5 a subi des incidents physiques     

-2867 rapports de passagers refusant de porter un masque    

-1 million de dollars américains en amendes contre les passagers indisciplinés         

Sources : Federal Aviation Administration (FAA) et Association of Flight Attendants (AFA)