/regional/troisrivieres/mauricie

TikTok donne plus de visibilité aux créateurs autochtones

Xavier Watso est sélectionné par TikTok Canada et l’Institut national de l’écran pour une formation qui devra l’aider à développer sa plateforme. L’Abénakis est l’un des 30 participants choisis au pays.

• À lire aussi: Un projet de site pétrolier divise la communauté d’Odanak

• À lire aussi: Une ado disparue secourue grâce à un signe de la main appris sur TikTok

• À lire aussi: Journée nationale de la vérité et de la réconciliation : Des cérémonies à Trois-Rivières

L’enseignant de théâtre au secondaire a plus de 20 000 abonnés sur sa page. Il y partage son savoir et sa culture avec une touche d’humour.

«Le langage, l’éducation, les autochtones, c’est comme mes trois plus gros champs d’intérêt qui sont réunis en un à travers ma page. J’ai du plaisir à faire des petits trucs comiques, j’ai du plaisir à enseigner aux gens comment parler ma langue et j’ai du plaisir à écouter leurs vidéos».

S’en est même sa devise: «il faut que j’aie du fun».

Johanne Lachapelle croit que ces vidéos du genre permettent de faire connaître l’histoire des Abénaquis. Sa fille a d’ailleurs déjà réalisé plusieurs collaborations avec Xavier Watso. Elle se réjouit de la voir partager sa culture sur les réseaux sociaux.

Diffuser la culture   

Le créateur de 37 ans vient d’Odanak et il n’est pas le seul à donner de la visibilité à la communauté. Catherine Boivin a un peu plus de 19 000 abonnés sur sa plateforme.

La mère à la maison partage aussi la culture des Abénakis et commente l’actualité en lien avec les Premières Nations entre autres.

«Je vois le besoin de diffuser notre culture et de diffuser notre réalité [...] Ça permet d’éclaircir certaines choses et de rectifier un peu l’image que les gens ont des autochtones», a confié Catherine Boivin.

Le programme vise à donner des techniques aux créateurs autochtones pour avoir plus de visibilité sur la page «pour toi» des utilisateurs de TikTok. Cette visibilité est essentielle pour rejoindre le plus de gens possible.

«Tout le monde pense que TikTok c’est des ados qui dansent et ça se peut que si tu ouvres l’application pour la première fois, c’est ce qu’ils vont te proposer. C’est comme l’algorithme de base», a expliqué Xavier Watso.

C’est en définissant ses intérêts que l’application va ensuite proposer des contenus qui sont plus personnalisés à l’utilisateur.

Partager avec la communauté   

La participation de l’enseignant au programme fait aussi bien plaisir à la communauté d’Odanak.

«Ça permet de faire connaître les autochtones, de casser les préjugés en dedans d’une minute, c’est tout un phénomène», s’est impressionné l’un des conseillers du Conseil des Abénakis, Jacques T. Watso.

Xavier Watso est d’ailleurs est le seul francophone des participants sélectionnés. Lorsqu’il a démarré sa page, tout son contenu était en anglais. À ce moment-là, il estime qu’environ 65 % de son auditoire était américain.

Depuis septembre, il a décidé de faire des vidéos en français, ce qui porte maintenant le ratio à 45 % d’Américains pour 45 % de Canadiens. Il a aussi plusieurs «vues» de l’Australie, de l’Irlande et du Royaume-Uni entre autres.

La formation, d’une trentaine d’heures environ, devrait permettre au créateur de rejoindre au moins des milliers de gens de plus dans le monde. Il assure qu’il partagera ses nouvelles astuces aux autres créateurs de son réseau de contacts, comme l’entraide est bien inscrite dans leur ADN.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.