/regional/montreal/montreal

Vente de tour à bureaux: Montréal en voie d'atteindre des sommets

Bloc Ville de Montréal

Photo d'archives, Agence QMI

Montréal pourrait conclure son meilleur trimestre en ce qui concerne la vente d’immeubles à bureaux depuis l’avènement de la pandémie, a prévu le groupe-conseil en immobilier CBRE, mercredi.

• À lire aussi: Léger fait l’acquisition d'Insights West

• À lire aussi: Un règlement pour l’entretien des immeubles vacants réclamé à Montréal

• À lire aussi: La Chambre de commerce du Montréal métropolitain courtise les jeunes

Le volume d’investissement au troisième trimestre devrait atteindre 614 millions $, a indiqué le groupe de conseil en immobilier. L’an passé à pareille date, il ne s’élevait qu’à 136 millions $. La dernière fois que le volume a été aussi élevé, c’était au premier trimestre de 2020. Il était alors à 760 millions $, presque un record.

«Les investisseurs n’ont pas attendu la levée des restrictions sanitaires dans les bureaux pour agir. La récente vente de la Tour KPMG, un immeuble de catégorie AA de 33 étages au centre-ville de Montréal le démontre bien», a souligné CBRE par voie de communiqué.

«Alors que toute l’attention est tournée sur la vente prévue de la RBC Plaza à Toronto, les transactions sur les immeubles de bureaux à Montréal offrent des signes précurseurs d’une reprise dans l’immobilier des bureaux», a affirmé Scott Speirs, vice-président directeur et chef de l’Équipe nationale d’investissement de CBRE à Montréal.

Dans la métropole, l’élan sur le marché de l’investissement dans les bureaux – qui au troisième trimestre surclasse l’investissement dans l’immobilier industriel et du commerce de détail – reflète la grande demande des investisseurs canadiens et internationaux pour des immeubles de bureaux de qualité et souligne l’attractivité des actifs de bureaux montréalais à l’heure où la ville émerge de la pandémie.

Les investissements projetés sur l’ensemble de l’année atteindraient 50 milliards $, tous types de biens immobiliers confondus, y compris les bureaux. Ce volume annuel ne serait donc le plus important jamais atteint alors qu'il surpasserait même les investissements records enregistrés en 2018, a fait savoir le CBRE.

«L'année se terminera en beauté et nous avons hâte de voir ce que nous réserve 2022 alors que l'immobilier commercial poursuit sur sa lancée au Québec», a ajouté M. Speirs.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.