/regional/sherbrooke/centreduquebec

Frappe policière en cyberpédophilie: une onde de choc dans la communauté

Une des plus importantes frappes policières en matière de cyberpédophilie a eu lieu au Québec avec 28 perquisitions et 26 arrestations qui ont été menées à travers la province.

• À lire aussi: Près d’une trentaine de présumés cyberpédophiles arrêtés

Selon l’enquête policière, les individus auraient été repérés sur le «dark web», où ils se livraient à l’échange d’images de pornographie juvénile.

Quatre des 26 suspects appréhendés sont des récidivistes en matière de crimes sexuels sur des mineures. 

C’est le cas d’Yves Cloutier, qui avait agressé des mineurs à Sherbrooke il y a une vingtaine d’années et qui avait pourtant été déclaré délinquant à contrôler. 

Les autres personnes interpellées, dont Denis Héroux qui était concierge d’une école primaire de La Sarre en Abitibi-Témiscamingue, n’étaient pas connues des policiers.

Parmi le groupe se trouve Jean-Michel Fontaine, un musicien slameur de 35 ans qui enseignait l’anglais dans une école secondaire de Drummondville, au Centre-du-Québec.

«[C’est] une onde de choc sans doute pour les proches de l’individu en question, c’est une onde de choc pour nous», a témoigné vendredi Bernard Gauthier du Centre de services scolaire des Chênes. «Cet enseignant-là était relevé de ses fonctions.»

Simon Arsenault, un conseiller municipal de Saint-Christophe d’Arthabaska, au Centre-du-Québec, est également dans la liste. L’homme de 58 ans venait de se faire réélire dimanche lors des élections municipales et s’est fait demander vendredi de remettre sa démission.

«On ne s’attendait pas à ça, on n’est pas dans la vie privée de tout le monde», a soutenu Michel Larochelle, maire de Saint-Christope d’Arthabaska.

Ces hommes doivent répondre d’accusations de possession, de distribution de pornographie juvénile et d’avoir rendu de la pornographie juvénile accessible.

«C’est des enquêtes qui nécessitent du temps, qui nécessitent de la technologie, ce n’est pas nécessairement facile au départ», a indiqué l’ex-enquêteur du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), Roger Ferland.Plus d’un million de fichiers de pornographie juvénile ont été découverts, alors que l’ordinateur de l’un d’eux contenait plus de 570 000 images d’enfants.

Identifiés par les enquêteurs sur des forums de cyberpédophiles, certains avaient rendu accessibles des fichiers de pornographie juvénile sur des logiciels de téléchargement.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.