/news/law

Un leader antivaccin arrêté à nouveau

Le complotiste François Amalega Bitondo lors de son arrestation, vendredi, à Shawinigan, en Mauricie.

Photo Chantal Poirier

Le complotiste François Amalega Bitondo lors de son arrestation, vendredi, à Shawinigan, en Mauricie.

Le militant antivaccin François Amalega Bitondo a été à nouveau arrêté par les autorités, cette fois lors d’un événement du premier ministre François Legault, vendredi, à Shawinigan.

• À lire aussi: Procès pour entrave: l’anti-masque accusé veut être payé

• À lire aussi: Procès d'Amalega Bitondo: une scène surréelle à la cour

• À lire aussi: Un opposant connu est enfin bloqué par Facebook

L’homme de 43 ans s’est fait passer les menottes un peu avant midi vendredi au Centre d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins. On reproche à l’ancien professeur de mathématique d’avoir fait entrave au travail d’un agent de la paix, d’avoir troublé la paix ainsi que de bris de probation, a confirmé la Sûreté du Québec, qui assurait la sécurité sur place.

Amalega Bitondo a été libéré sous promesse de comparaître avec plusieurs conditions à respecter, mais la date à laquelle il passera devant les tribunaux demeure inconnue.

La scène de l’arrestation du militant a été largement diffusée sur les réseaux sociaux. 

On le voit notamment être escorté par deux agents de la SQ à l’extérieur du centre tout en continuant à tenir son discours anti-mesures sanitaires.

Démêlées

Le leader complotiste n’en est pas à ses premiers déboires avec la justice. Il compte jusqu’à maintenant plus de 37 000 $ en contravention pour non-respect des mesures sanitaires.

Ses différents coups d’éclat à travers le Québec ont nécessité l’intervention de la police à plusieurs reprises depuis le début de la pandémie.

Fin septembre, il a été arrêté à la Cour municipale parce qu’il refusait de porter un masque alors qu’il devait subir un procès pour entrave au travail des policiers. Son obstination à ne pas respecter cette règle lui avait d’ailleurs valu un séjour de plusieurs jours en prison.