/news/law

La fillette de Granby pouvait bouger la tête malgré ses entraves, assure un expert

La fillette de Granby aurait été en mesure de bouger la tête malgré le ruban adhésif qui l’entravait, a assuré mercredi un expert de la défense au procès pour meurtre non prémédité de sa belle-mère, au palais de justice de Trois-Rivières.

Ingénieur et professeur à la polytechnique de Montréal, spécialiste en rhéologie, une science qui étudie le comportement des polymères, Charles Dubois a basé sa conclusion sur son analyse de l'amas principal de "tape" trouvé sur la scène de crime en avril 2019.

Selon lui, un enfant normal de sept à onze ans, contentionné de la manière que la fillette l'était, aurait été en mesure de bouger la tête de haut en bas et faire des mouvements latéraux qui auraient entraîné la déformation, voir le décollement du ruban adhésif.

Par contre, l’ingénieur a admis en contre-interrogatoire ne pas avoir tenu compte, pour son analyse, de l’état de santé de la fillette, qui était extrêmement petite et mince pour son âge. Rappelons que celle-ci mesurait à peine 1,02 mètre (3,4 pieds) et pesait à peine 14,5 kilogrammes (36 livres) au moment de son décès.

M. Dubois a aussi reconnu que, si le ruban gommé était collé dans les cheveux de l’enfant, celui-ci aurait pu limiter davantage ses mouvements.

En analysant l’amas de ruban gommé, l’expert de la défense a déterminé, à partir des extrémités sectionnées, qu'il contenait au moins cinq couches transversales (en largeur) et deux couches longitudinales (dans le sens de la longueur).

En utilisant un ruban identique à la roulette trouvée sur l'étagère près de la chambre, des tests d'élongation ont été effectués. En utilisant une longueur d'un mètre fixée à des mâchoires, ces tests démontrent que le ruban pouvait être étiré sur 70 % à 130 % de sa longueur initiale, avant d'en arriver à se rompre.

Un autre aspect important de son travail consistait à mesurer la capacité d'adhésion du ruban adhésif sur les surfaces où il a été appliqué. Le but était de déterminer la force nécessaire pour le décoller.

«Au niveau du tronc, la capacité de contention était élevée. Pour ce qui est de la tête, en prenant deux bandelettes du même type de ruban adhésif, superposées, appliquées dans le sens longitudinal (sur la longueur de la tête aux pieds, NDLR), la force nécessaire pour entraîner sa déformation ou son décollement était de 9.5 N (Newton). Un enfant de son âge aurait été en mesure de bouger la tête de haut en bas», a détaillé le témoin.

Selon M. Dubois, la façon dont le ruban était apposé n'empêchait aucunement la fillette de bouger sa tête de manière latérale.

La défense doit faire entendre son dernier témoin jeudi.

La belle-mère de 38 ans est accusée du meurtre non prémédité et de la séquestration d'une fillette de sept ans décédée à Granby en avril 2019.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.