/finance/pme

Autobus scolaire : une technologie pour filmer les délinquants

BusPatrouille est une entreprise du Québec qui a déjà vendu des dizaines de milliers de caméras pour protéger les étudiants près des autobus scolaires à l’international, mais aucune au Québec.

• À lire aussi: Des billots de bois transpercent un autobus scolaire en Alberta

• À lire aussi: Une commande de 55 autobus 100 % électriques pour Lion Électrique

Ces caméras filment les infractions commissent par les automobilistes pour les envoyer ensuite aux policiers qui jugent si le comportement reproché doit être réprimandé.

«Une intelligence artificielle qui se nomme AVA est capable d’identifier les véhicules qui dépassent illégalement les autobus scolaires pour monter des preuves. Ces preuves-là sont utilisées par les forces policières pour donner des contraventions pour changer le comportement des conducteurs et rendre le voyage à l’école plus sécuritaire pour les enfants», explique Jean Soulière le PDG de BusPatrouille

Pour permettre à AVA d’être efficace, les autobus sont munis de plusieurs caméras pour capter le véhicule et leur plaque d’immatriculation.

«Ce que la technologie fait c’est que ça identifie le véhicule et ça crée la preuve basée sur les vidéos qui sont prises (...) une fois la contravention émise, le contrevenant peut aller sur le site internet et voir une vidéo de leur véhicule qui dépasse illégalement l’autobus scolaire. 95% des contrevenants paient leur contravention immédiatement parce que la preuve est tellement claire», raconte le PDG.

Peu de succès au Québec

BusPatrouille a vendu 30 000 caméras pour les autobus, mais toujours aucune au Québec.

«La bureaucratie canadienne travaille d’une lenteur incroyable et c’est en effet en raison de cette lenteur qui nous a poussés à développer les marchés américains», déplore M. Soulière.

Pourtant, BusPatrouille ne demande pas d’argent pour installer cette technologie, mais récolte une part des infractions payées par les automobilistes fautifs.

«On ne vend pas notre technologie, on déploie notre technologie et nos programmes sont payés uniquement par les contrevenants, alors ce n’est même pas une question d’argent, c’est plus une question d’évaluation et une capacité d’absorber des technologies»

Sur le site internet de BusPatrouille on peut lire qu’en Amérique du Nord, on recense chaque année plus de 17 millions de dépassements illégaux d’autobus scolaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.