/news/politics

Armes à feu illégales: le ministre fédéral de la Justice peu rassurant

Quelques jours après la déclaration de la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault, qui implorait le gouvernement fédéral de resserrer les peines pour les armes à feu illégales, David Lametti a assuré que c’est une priorité au pays.

• À lire aussi: François Legault se recueille sur le lieu du meurtre de Thomas Trudel

• À lire aussi: Meurtre d’un ado : Justin Trudeau brise le silence

Mais qu’en est-il du Code criminel canadien? De passage à Laval lors d’un point de presse en lien avec le prolongement de l’autoroute 19, le ministre de la Justice n’a pu éviter le sujet avec les journalistes. 

«Le Code criminel est très fort, mais on doit évidemment gérer (le problème en lien avec) les armes à feu. On a déjà banni les armes d’assaut, a-t-il fait savoir.

«On travaille avec des forces policières. On a mis des ressources là-dedans et de la programmation. C’est un programme complexe, mais on travaille là-dessus et on travaille bien.»

La pression est de plus en plus lourde sur Ottawa, en ce qui a trait avec la violence liée aux armes prohibées, avec la mort d’un adolescent de 16 ans dans l’arrondissement Villeray-Montréal-Nord-Parc-Extension, dimanche dernier.

Le jeune Thomas Trudel, un garçon sans histoire, a alors été atteint mortellement d’un projectile pendant qu’il se promenait au croisement de la rue Villeray et de la 20e avenue.

M. Lametti, qui se dit «triste» de la récente recrudescence de violence dans la métropole, rappelle que les Libéraux ont fait des promesses en ce sens pour calmer le jeu. Mais au-delà des promesses, a-t-il du concret à offrir aux Montréalais inquiets?

«On a fait plus que n’importe quel gouvernement de l’histoire canadienne pour les armes à feu. On a banni les armes d’assaut, c’est très important.  

«On va continuer de renforcer les lois et les ressources qu’on donne aux services frontaliers et policiers. On travaille très fort là-dessus.»

Mercredi soir, le premier ministre Justin Trudeau a pris la parole une première fois pour réagir au meurtre de Thomas Trudel, 16 ans, à Montréal.

«Cette tragédie nous brise le cœur», a clamé Justin Trudeau.

Ce dernier a assuré que son gouvernement travaillait déjà pour contrer ce fléau. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.