/regional/montreal/montreal

Un double standard dénoncé

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, était venue se recueillir sur les lieux du meurtre de Thomas Trudel mardi dernier.

Photo Agence QMI, Maxime Deland

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, était venue se recueillir sur les lieux du meurtre de Thomas Trudel mardi dernier.

La mère d’un adolescent poignardé à mort à Montréal dénonce le traitement qu’elle juge inéquitable réservé à son fils par la mairesse et le premier ministre du Québec.

• À lire aussi: Mort de Thomas Trudel: une amie de la victime veut changer les choses

• À lire aussi: Un 3e adolescent tué cette année à Montréal

• À lire aussi: Dernier hommage à un jeune de 16 ans tué

« C’est une communauté ethnique, donc ils s’en foutent, dénonce Charla Dopwell. Mais ils devraient s’en préoccuper. »

La mère de Jannai Dopwell-Bailey, assassiné à 16 ans après une altercation près de son école le 18 octobre dernier en avait gros sur le coeur, aujourd'hui, alors que les funérailles de son fils venaient de se terminer.

Elle a vu la mairesse de Montréal, Valérie Plante, et le premier ministre François Legault se recueillir dans les derniers jours sur les lieux de la mort de Thomas Trudel, un autre adolescent victime d’un meurtre à 16 ans. 

« Et mon fils, lui ? » demande-t-elle, en accusant les deux politiciens d’être « biaisés ».

Plante était invitée 

Elle avait pourtant invité Valérie Plante à une vigile pour son fils. 

C’est plutôt Gracia Kasoki Katahwa, qui était alors candidate à la mairie de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce pour Projet Montréal avant d’être élue mairesse, ainsi que la conseillère Magda Popeanu qui s’y sont présentées.

« Ce n’est pas juste. Pourquoi n’est-elle pas venue par elle-même ? demande Mme Dopwell. Et elle veut que je vote pour elle comme si mon vote comptait. Il ne compte pas. »

« Évidemment, notre équipe et tous les Montréalais ont été profondément bouleversés par la mort de Jannai Dopwell-Bailey, a écrit Mayrkim Gaudreault, attachée de presse de la mairesse réagissant aux doléances de la mère. Notre équipe tenait à être présente à la vigile ».

Pour s’attaquer au problème de la violence à Montréal, la maman endeuillée demande que les communautés noires soient « davantage aidées » eu lieu d’être « mises de côté ».

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.