/news/currentevents

Un jeune de 17 ans a aidé aux évacuations en Colombie-Britannique

Des sinistrés en Colombie-Britannique n’ont pas attendu l’arrivée des renforts militaires pour aider leurs semblables à garder la tête hors de l’eau. Un jeune homme de 17 ans, resté coincé loin de chez lui pendant deux jours, a évacué quatre personnes avec l’avion de sa famille.

La ministre de la Défense Anita Anand a confirmé hier le déploiement d’un avion CC-130J Hercules, qui peut transporter jusqu’à 128 passagers en des zones inhospitalières, ainsi que deux hélicoptères, le CH-146 Griffon et le CH 148 Cyclone.

La situation catastrophique causée par les inondations a forcé le premier ministre de la province côtière, John Horgan, à déclarer l’état d’urgence. Plus de 600 personnes doivent encore être évacuées d’Abbotsford, un village rural à l’est de Vancouver, dont de larges pans restent submergés.

Un jeune sentinelle de l’air  

C’est dans cette municipalité qu’habite Levi Rauch, un garçon de 17 ans qui s’est retrouvé coincé à Hope, dimanche, en raison de deux glissements de terrain qui ont bloqué leur chemin de retour.

«Le premier soir, nous avons dormi dans la voiture. Le lendemain, il y avait une école secondaire qui a accueilli entre 300 et 400 personnes. Nous avons dormi sur les tapis de gymnase et ils nous ont fourni de la nourriture», a-t-il dit.

Le mardi, un ami à eux est venu les chercher en hélicoptère pour les ramener à Abbotsford. «Quand je suis arrivé, la situation était vraiment pire que je le croyais.»

Sa maison et sa famille indemnes, Levi a décidé, le lendemain, de manquer l’école d’après-midi pour prendre le Cessna 172 de sa famille et ramener à Abbotsford quatre amis et connaissances coincées à Chilliwack et à Hope. Au total, quatre vols ont été nécessaires, à raison d’une personne par vol.

«Les gens étaient désespérés de partir. J’aurais aimé en aider plus, mais c’était bien d’avoir une bonne raison de voler», a-t-il expliqué.

Un contingent de 120 soldats devait se rendre à Abbotsford jeudi soir pour aider à gérer la situation. Le maire Henry Braun a évalué les dégâts à 1 milliard $. Il a imploré une quarantaine de ses concitoyens sinistrés, qui refusaient d’abandonner leurs terrains et leurs animaux, de partir.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.