/news/law

Deux jeunes armés resteront derrière les barreaux

bloc justice liberté

Photo Fotolia

Les Montréalais doivent pouvoir se promener dans les rues sans craindre d’être victimes de crimes par arme à feu, a rappelé une juge en gardant détenus deux jeunes arrêtés avec un pistolet chargé dans leur sac.

« La fréquence des infractions liées aux armes à feu est une source générale d’inquiétude pour l’ensemble de la société. Le public raisonnable s’attend à vivre paisiblement sans crainte de menace mortelle », a déclaré la juge Julie Riendeau, lundi au palais de justice de Montréal.

La magistrate s’est ainsi exprimée dans le dossier de Brianston Souverain et d’Olivier Nelson, deux jeunes de 18 et 22 ans arrêtés le mois dernier dans la métropole.

Arme chargée

En plein après-midi, des policiers avaient interpellé Souverain, qui était recherché en lien avec un événement où un adolescent s’était fait braquer un pistolet à la poitrine sans raison apparente.

Or, en procédant à l’arrestation dans la voiture conduite par Nelson, ils ont trouvé dans un sac à dos une arme à feu prohibée chargée de 13 balles.

« Rappelons ici le risque inhérent pour la communauté que cause la possession [de cette arme] dans l’espace public », a noté la juge.

Mais si Souverain n’avait pratiquement aucune chance d’être libéré sous conditions, entre autres en raison de son autre dossier lié aux armes à feu, le cas était différent pour Nelson, un étudiant universitaire sans antécédents et avec des parents prêts à le surveiller. 

Confiance du public

Son avocate, Me Vicky Powell, est passée à deux doigts de le faire libérer, mais finalement, la juge a affirmé qu’il devait rester détenu pour maintenir la confiance du public dans la justice.

« La police a observé en 2021 une hausse marquée des événements de violence impliquant des armes à feu, et un changement notable, entre autres dans l’intensité de ceux-ci », a expliqué la magistrate.

Dans les derniers mois, les autorités ont également noté une hausse des « démonstrations de force » de criminels armés, avec un potentiel de risque élevé pour la sécurité publique.

« Le tribunal constate lui-même une hausse du nombre de dossiers impliquant des armes à feu », a rappelé la juge.

Face à cette situation, elle a ainsi estimé qu’il était dans l’intérêt public de garder détenus les deux accusés, dont la date de procès sera déterminée lors d’une prochaine audience.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.