/finance/pme

Juliette et chocolat, une affaire de famille

Juliette Brun a ouvert cet été sa première franchise de Juliette et Chocolat dans l’Ouest-de-l’Île de Montréal. On la voit ici avec ses cinq enfants.

Photo courtoisie

Juliette Brun a ouvert cet été sa première franchise de Juliette et Chocolat dans l’Ouest-de-l’Île de Montréal. On la voit ici avec ses cinq enfants.

Elle gère un réseau de huit restaurants Juliette et Chocolat. Elle est aussi mère de cinq enfants âgés de 4 à 14 ans. Et il lui reste encore de l’énergie pour lancer de nouveaux projets.

Elle a ouvert cet été sa toute première franchise dans l’Ouest-de-l’Île de Montréal, un projet sur lequel elle travaillait bien avant la pandémie.

« Je rêve depuis des années [18 en fait] de développer des franchises, explique la dynamique entrepreneure. J’ai pris mon temps pour être sûre d’offrir un concept bien structuré et solide. »

« Nos restaurants fonctionnent bien dans différents marchés, que ce soit des quartiers étudiants ou des banlieues avec de jeunes familles, ajoute-t-elle. J’ai des données pour évaluer les chances de réussite pour chacun. Je vends donc un concept qui marche, avec des chiffres qui parlent. »

Partenariat solide

Elle voulait aussi s’assurer de choisir un partenaire qui partage ses valeurs et sa passion pour le chocolat. Elle l’a trouvé en la personne de Majd Najjar, un diplômé en gestion et un restaurateur passionné comme elle.

« Se lancer en affaires dans le domaine de la restauration exige une confiance mutuelle. D’avoir poursuivi le projet malgré la pandémie fait en sorte qu’on a appris à se connaître encore plus. Cela est venu renforcer notre relation » explique Juliette Brun pour qui ce projet « n’est que du bonheur ».

L’ouverture de cette première franchise devrait être suivie de plusieurs autres. Pour la mère de famille, ce concept permettra de « pénétrer des marchés où il n’y a pas de place pour plusieurs restaurants Juliette et Chocolat. Les prochaines ouvertures seront à l’extérieur de Montréal. Il y a de la demande », assure-t-elle.

Une affaire de famille

Juliette Brun n’avait que 22 ans quand elle a fondé Juliette et Chocolat avec l’ouverture d’un premier restaurant rue Saint-Denis, à Montréal, en 2003. L’entreprise est vraiment une affaire de famille puisque son mari,
Lionel May, son père, son frère et sa sœur sont ses associés.

Juliette et Chocolat était en pleine croissance quand la pandémie est venue frapper de plein fouet le secteur de la restauration. L’entrepreneure a dû se résoudre à fermer un de ses restaurants et à mettre à pied la majorité de ses employés. Aujourd’hui, la bannière compte huit établissements dans la grande région de Montréal et 90 employés (au lieu de 300). Elle opère également un Laboratoire chocolat et une boutique en ligne dont les ventes ont monté en flèche en 2020.

« On a enregistré une croissance de 280 %, ce qui a compensé en partie les pertes de 70 % des ventes dans nos restaurants, précise Juliette Brun. Plus de 75 % de nos ventes en ligne sont au Québec, le reste à travers le Canada. On compte déployer une stratégie pour développer encore plus le marché ontarien, puis celui des autres provinces. »

JULIETTE ET CHOCOLAT   

Date de fondation : 2003  

Activités : entreprise de restauration spécialisée dans les boissons et les plats chocolatés  

Actionnaires : Juliette Brun, Lionel May, Richard Brun, Virginie Brun et Charles-Emmanuel Brun  

Nombre d’employés : 90  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.