/news/politics

La réconciliation au cœur du discours du Trône de Mary Simon

La gouverneure générale autochtone Mary Simon a offert mardi un discours du Trône centré sur la réconciliation avec les Premières Nations, mais abordant aussi les grands thèmes qui animeront le gouvernement dans l’avenir rapproché, avec, en tête, la lutte contre la COVID-19.

• À lire aussi: Discours du Trône: les conservateurs réclament la fin des dépenses

«La découverte de tombes anonymes d’enfants morts sous le régime des pensionnats montre à quel point les actions des gouvernements et des institutions de jadis ont été dévastatrices pour les peuples autochtones, qui continuent à en souffrir aujourd’hui», a déclaré d’emblée Mme Simon.

«Nous ne pouvons pas ignorer ces découvertes : elles causent des blessures profondes. Mais malgré la douleur intense, il y a de l’espoir.»

Livré majoritairement en anglais, le discours d’une demi-heure contenait tout de même certains passages en français, langue que Mme Simon ne maitrise pas de manière fonctionnelle, et d’autres en inuktitut, sa langue maternelle.

«Il est crucial d’appuyer les communautés de langue officielle en situation minoritaire de protéger et promouvoir le français non seulement à l’extérieur du Québec, mais également au Québec», a-t-elle fait savoir, rappelant l’intention du gouvernement de redéposer la réforme attendue de la Loi sur les langues officielles.

AFP

La COVID-19 comme priorité

Malgré tout, la bataille contre la COVID-19 demeure la «priorité absolue» du gouvernement, a maintenu la gouverneure générale, en soulignant que sortir de la pandémie était la clé de la relance économique.

Accès à des doses de vaccin pour les enfants, obligation vaccinale pour les voyageurs et les fonctionnaires fédéraux, collaboration avec les autres pays pour freiner le virus dans le monde ; le gouvernement assure qu’il continuera de livrer une chaude lutte contre le virus.

L’accent a aussi été porté sur les ambitions environnementales du gouvernement de Justin Trudeau, sur fond d’avertissement : «notre planète est en danger», a lancé Mme Simon.

Les oppositions critiquent le manque de contenu

Les chefs des oppositions ont eu de la difficulté à se positionner par rapport au discours, qui, finalement, contenait surtout de grandes orientations philosophiques, mais peu de nouvelles mesures concrètes.

Le bloquiste Yves-François Blanchet s’est moqué de «l’assemblage de 24 pages de mots creux à double interligne». «Même lu lentement, le discours du Trône est court», a-t-il dit.

M. Blanchet s’est gardé de critiquer le français de Mary Simon. «L’idée n’est pas de savoir si elle parle ou non le français, c’est que le premier ministre a envoyé un étrange message aux Canadiens français et aux Québécois en choisissant une gouverneure générale qui ne parle pas français.»

De son côté, le chef conservateur Erin O’Toole a surtout critiqué l’approche des libéraux sur les questions économiques et sur l’inflation, se présentant comme le seul parti à prendre le coût de la vie au sérieux.

Mme Simon a présenté les deux axes du gouvernement pour lutter contre l’inflation : des investissements pour une habitation plus abordable et un système de garderie à 10 $ par jour.

«Les dépenses des libéraux aggravent la crise de l’inflation, tandis que leur idéologie alimente la division, et la médiocrité de ce gouvernement», a-t-il dénoncé.

Le chef néodémocrate, Jagmeet Singh, estime pour sa part que le discours du Trône était «vraiment vide» et qu’il «ne représente pas une volonté de travailler ensemble».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.