/news/law

Trois ans de garde pour une ado qui a tué une aînée

Une ado qui a laissé mourir une aînée sous la voiture qu’elle conduisait sans permis après l’avoir fauchée sur le trottoir a échappé à une sentence d’adulte, bien qu’elle ait écopé du maximum possible pour une mineure.

« C’est la peine la plus sévère que je peux imposer dans les circonstances. Vous avez pris une série de mauvaises décisions qui ont coûté la vie d’une piétonne qui faisait des courses », a déploré le juge Jacky Roy en condamnant l’adolescente hier en Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec.

• À lire aussi: VIDÉO | Une victime abandonnée sous une voiture avec «lâcheté»

L’accusée, que l’on ne peut nommer en vertu de la loi, avait 17 ans le 16 mars dernier quand elle a commis son crime. L’ado, qui n’avait aucune expérience de conduite, avait loué une voiture à un individu sur les réseaux sociaux.

Avec deux amis à ses côtés, elle s’est alors mise à rouler à toute vitesse dans des rues résidentielles du quartier Rivière-des-Prairies. Des policiers l’avaient même captée à 70 km/h, mais n’avaient pas réussi à la faire immobiliser.

Consciente de la dangerosité de sa conduite, l’accusée a quand même poursuivi sa course, jusqu’à perdre le contrôle du véhicule. Carolina Zollo-Braca, une piétonne de 79 ans, a alors été happée.

Les enquêteurs avaient analysé la scène de fond en comble jusqu’à tard dans la nuit.

Photo d'archives, Agence QMI

Les enquêteurs avaient analysé la scène de fond en comble jusqu’à tard dans la nuit.

« Elle n’a jamais porté assistance à la victime, a déploré le juge. Après avoir commis l’irréparable, elle a laissé la victime pour morte et tenté de fuir ses responsabilités. »

Famille défaite  

Depuis le drame, la famille de Mme Zollo-Braca ne s’en est jamais remise. 

« C’était une femme dévouée, en parfaite santé », ont expliqué ses enfants dans une lettre lue à la cour, où ils dénoncent un « acte insensé ».

Ils ont expliqué qu’en dépit de son âge, la dame était le soutien principal de sa mère, presque centenaire. Quelques semaines après les événements, cette dernière a dû être placée en CHSLD.

« Elle est déprimée et prie le Seigneur de venir la chercher pour rejoindre sa fille », indique la lettre.

Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:  

Le mari de Mme Zollo-Braca est lui aussi dévasté, tout comme ses enfants.

Écoutez le tour des actualités de Philippe-Vincent Foisy et Carl Marchand sur QUB Radio:


 

« [Le drame] a enlevé une vie et ruiné une famille », ont expliqué ceux-ci en ajoutant que pour célébrer la vie de leur mère décédée, une vente de roses avait été effectuée au profit de l’Hôpital de Montréal pour enfants.

L’accusée, qui s’était rendue à la police après avoir été convaincue par sa mère, a quant à elle plaidé coupable d’accusations en lien avec sa conduite dangereuse causant la mort. 

Mais si la Couronne pensait demander une peine pour adulte, elle a dû changer d’avis après un rapport voulant que l’accusée eût pris sa vie en main.

Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault sur QUB radio 

Réhabilitation  

« On a une belle réceptivité, depuis les événements, elle est complètement différente », a noté une intervenante en expliquant que l’accusée, bien connue de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), était dans le passé réfractaire aux interventions.

Mais malgré un potentiel de réhabilitation, il n’était pas question que l’accusée ait une peine clémente. Elle a donc écopé du maximum de trois ans de garde, dont deux en établissement fermé de la DPJ.

« Le fils de la victime m’a fait savoir que sa mère étant une personne très religieuse et axée sur le pardon, c’est ce qu’elle aurait voulu comme sentence, s’il y a des chances de réhabilitation », a conclu Me Simon Robin, de la Couronne.

– Avec Valérie Gonthier

Ce qu’ils ont dit  

« Notre maman était une personne magnifique qui a dédié sa vie à sa famille, ses amis et la communauté. Elle a toujours eu une pensée spéciale pour les enfants malades. »

– Les enfants de Caroline Zollo-Bracca

« Vous n’avez pas voulu causer la mort, ce n’était pas intentionnel, cependant il n’en est pas moins le résultat de vos décisions, de vos actions, de vos erreurs. »

– Le juge Jacky Roy

« Il apparaît que l’accusée est engagée sérieusement dans un processus de réhabilitation. Il est toutefois malheureux que pour en arriver là il a fallu un geste irréparable qui a coûté la vie à quelqu’un. »

– Le juge Jacky Roy

« Les proches de Caroline Zollo-Braca ont perdu une personne dévouée, en raison d’un acte insensé. »

– Le juge Jacky Roy

« C’est une épreuve très difficile à vivre pour la famille de la victime. Ils sont extrêmement ébranlés. »

– Me Simon Robin, Couronne

« Même si ce n’est pas une peine pour adulte, ça reste une peine excessivement importante qu’on voit rarement. »

– Me Simon Robin, Couronne

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.