/news/coronavirus

De nouvelles mesures contre la COVID-19 à venir en France

Le gouvernement français doit annoncer jeudi un renforcement des mesures de lutte contre la COVID-19, comme «l'accélération» de la vaccination et le «renforcement du pass sanitaire», face à la flambée de l'épidémie en France.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Selon des sources parlementaires et gouvernementales, l'exécutif devrait notamment communiquer sa décision d'ouvrir la dose de rappel du vaccin contre le Covid-19 à tous les adultes.

Ces annonces doivent être faites lors d'une conférence de presse par le ministre de la Santé Olivier Véran.

Trois grands axes ont été définis pour tenter d'endiguer la cinquième vague : «l'accélération» de la vaccination, le «renforcement du pass sanitaire» et «le renforcement des mesures barrières» comme le port du masque, a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal en avertissant que la «situation épidémique se dégrad(ait) très nettement».

Le nombre de malades de la COVID hospitalisés est remonté à 8525 mardi, soit 2200 de plus en un mois. En soins critiques, véritable baromètre de la crise sanitaire, ils sont aujourd'hui 1455, contre un peu plus de mille mi-octobre.

Le rebond touche toute l'Europe au point que l'Organisation mondiale de la santé s'en est alarmée mardi et que l'agence de l'Union européenne chargée des maladies a appelé mercredi les États-membres à prendre «urgemment» des mesures.

Parmi celles que la France s'apprête à prendre figure l'extension des bénéficiaires de la dose de rappel du vaccin, dite troisième dose, à tous les adultes, selon les sources gouvernementales et parlementaires. Actuellement, les plus de 65 ans y ont droit, ainsi que les personnes à risque et les soignants. 

Le président Emmanuel Macron a affirmé, début novembre, que tous les plus de 50 ans pourraient la recevoir à partir de décembre, mais la Haute autorité de santé l'a recommandée dès maintenant aux plus de 40 ans tandis que deux instances consultatives se sont prononcées pour l'ouverture à tous.

Selon deux sources parlementaires, le premier ministre Jean Castex, qui recevait mercredi soir les responsables des groupes parlementaires, a indiqué que l'exécutif allait également proposer de ramener le délai d'écart entre le dernier vaccin et la dose de rappel de six à cinq mois.

La validité du test COVID pour les non-vaccinés devrait également être raccourcie et les contrôles du pass sanitaire pourraient être renforcés.

En revanche, aucune mesure restrictive de liberté type confinement ou couvre-feu n'est actuellement sur la table de la part du gouvernement - qui entend «sauver les fêtes de fin d'année», comme l'a indiqué M. Attal.

À cinq mois de la présidentielle, l'épidémie qui avait parfois complètement disparu du débat politique, fait aussi un retour en force dans la campagne et promet de devenir l'un des grands enjeux pour 2022.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.