/finance/homepage

Casse-tête pour des milliers de parents: des éducatrices en CPE votent pour la grève générale illimitée

Les éducatrices affiliées à la CSQ ont voté mercredi en faveur de la grève générale illimitée.

• À lire aussi: Débrayage de la dernière chance des travailleurs en CPE affiliés à la CSN

Les 3200 travailleuses de la petite enfance, qui étaient réunies en assemblée un peu partout au Québec, ont voté à 91,2% en faveur de la grève générale illimitée. 

Le débrayage des éducatrices touchera des milliers de parents, qui devront se trouver un plan B pour faire garder leurs enfants. 

Les moyens de pression pourraient débuter dès la semaine prochaine, a affirmé Valérie Grenon, la présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ). 

Même s’ils se poursuivent cette semaine, les pourparlers entre Québec et les éducatrices pour le renouvellement des conventions collectives n’ont pas permis d’en venir à un règlement. Le litige porte essentiellement sur les hausses salariales accordées aux éducatrices spécialisées, cuisiniers et travailleurs qui s’occupent de l’entretien. 

Alors que Québec veut offrir des hausses plus importantes aux éducatrices, les syndicats plaident pour que les autres employés qui œuvrent dans les CPE jouissent aussi d’une bonification substantielle de leur rémunération. 

La FIPEQ-CSQ croit néanmoins qu’un règlement est possible dans les prochains jours. «J’ai bon espoir qu’on règle sans utiliser (le mandat de grève générale illimitée)», a fait valoir Valérie Grenon. Elle promet d'informer les parents quelques jours avant le débrayage.

Jeudi, ce sera au tour des 11 000 éducatrices syndiquées à la CSN de se prononcer sur un mandat de grève générale illimitée.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.