/news/politics

Ottawa ouvert à augmenter la proportion d'immigrants de l’Afrique francophone

POL-PARLEMENT-OTTAWA

Photo d'Archives, AGENCE QMI

Le ministre fédéral de l’Immigration Sean Fraser s’est dit ouvert à l’idée d’augmenter la proportion d’étudiants de l’Afrique francophone acceptés au Québec et dans le reste du pays, dans un contexte où les étudiants étrangers anglophones sont plus nombreux que jamais dans la province. 

Cette suggestion survient après que «Le Devoir» ait dévoilé récemment que des dizaines de milliers de demandeurs originaires de pays francophones de l’Afrique de l’Ouest et des pays du Maghreb voyaient leur dossier refusé au profit de pays où l’anglais est priorisé, comme l’Inde.

«Au cours des deux dernières semaines, j'ai pris conscience de cette question et c'est quelque chose que je veux personnellement examiner, car je ne veux pas seulement me concentrer sur la discrimination potentielle, mais aussi sur l'opportunité que cela représente d'attirer plus d'étudiants internationaux francophones au Canada», a dit M. Fraser à l’entrée du caucus libéral, mercredi matin.

Si les refus pour les demandeurs francophones ont augmenté partout au pays au cours des dernières années, la tendance est nettement plus lourde au Québec.

Comme le rapportait le quotidien, Ottawa a refusé 35 642 candidats des principaux pays francophones du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest qui voulaient venir au Québec entre janvier 2020 et septembre 2021 seulement.

Le ministre Fraser a affirmé que la «discrimination» et les «biais inconscients» qui prévaudraient au sein de la fonction publique fédérale seraient à l’origine de cette dynamique.

À ses yeux, «il serait stupide de dire que dans un ministère de 11 000 personnes [...], il n'y a pas de discrimination». Il a affirmé que le gouvernement se doit d’«arracher à la source» les racines de ces problèmes.

Sean Fraser a dit avoir abordé le sujet avec ses homologues provinciaux, «en particulier ceux du Québec».

«L'une des choses que nous devons faire est d'atteindre notre cible pour les nouveaux arrivants francophones au Canada, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du Québec», a-t-il dit.