/finance/homepage

Qui obtiendra l’appui de la population dans le conflit des CPE?

Sans pour autant prendre position, Régine Laurent se pose des questions sur les intentions et les stratégies du syndicat d’obtenir un mandat de grève générale illimitée. 

• À lire aussi: Casse-tête pour des milliers de parents: des éducatrices en CPE votent pour la grève générale illimitée

• À lire aussi: Manifestation des CPE: vers une grêve illimitée?

• À lire aussi: Débrayage de la dernière chance des travailleurs en CPE affiliés à la CSN

Selon elle, plusieurs parents qui étaient au départ derrière les éducatrices en CPE commencent à s’essouffler. 

«La question que je me pose c’est, est-ce que le syndicat va maintenir le soutien des parents parce que cela est extrêmement important parce que lorsque tu pars en grève tu es mieux de garder l’appui de ceux que tu as besoin tout au long de la grève», mentionne l’ancienne infirmière.

De passage, un peu plus tôt à l’émission Le Bilan, la présidente de la FIPEQ, Valérie Grenon mentionnait que l’offre du gouvernement était de 2%.

Rappelons que le syndicat avait rejeté une augmentation qui amenait le salaire du dernier échelon à 30 dollars par heure pour les éducatrices qui font du 40 heures par semaine.

Cependant, l’ancienne présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec avance que le syndicat avait même obtenu un énorme gain en élargissant cette offre à plus de travailleurs.

«J’ai appris cet après-midi, qu’une offre a été déposée à la table des négociations que le gouvernement était prêt à donner le 30 dollars de l’heure à celle qui font 32, 35 et 40 heures», dit-elle.

Écoutez le témoignage de Sarah Landry, signataire d’une lettre sur les parents au bout du rouleau et mère de 2 enfants:

Une chose est certaine selon Régine Laurent, c’est que partir en grève n’est pas une tâche facile.

«Quand j’entends parler de grève, vous ne pouvez pas vous imaginer comment j’ai mal au ventre parce que je sais c’est quoi, j’ai participé à deux grèves. Une comme militante et l’autre comme membre de l'exécutif de la FIQ et je sais que lorsque tu commences une grève, tu te mets le poids sur tes épaules à toi pour voir comment tu vas atterrir», souligne Mme Laurent.

Écoutez Jean-François Lisée et Thomas Mulcair au micro de Richard Martineau sur QUB radio : 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.