/news/society

Grèves en CPE : des parents au bout du rouleau soutiennent les éducatrices

Même s’ils sont stressés et angoissés face à la grève générale illimitée votée par les éducatrices en CPE mercredi, des «parents au bout du rouleau», ont signé une lettre demandant au gouvernement Legault d’investir dans l’avenir du système des CPE, et de régler le conflit de travail. 

• À lire aussi: Casse-tête pour des milliers de parents: des éducatrices en CPE votent pour la grève générale illimitée

• À lire aussi: Qui obtiendra l’appui de la population dans le conflit des CPE?

Pénurie d’éducatrices, cas de COVID dans les installations, enfants malades, parents en télétravail, la co-initiatrice de la lettre admet avoir usé de toutes ses ressources pour pallier aux journées de grève et autres problèmes depuis la pandémie. 

«Ça fait deux ans qu’on s’adapte... notre capacité à le faire est terminée. On n’a plus de plan B on est rendus au plan Z», explique Gabrielle Dumoulin en entrevue au Québec Matin sur LCN. 

Écoutez l’entrevue de Valérie Grenon, présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec:

«Je suis chanceuse, j’ai un bon emploi», admet-elle en soulignant que la situation devient plus critique pour les mères monoparentales qui pour certaines n’ont pas le choix de se rendre au travail en présentiel. 

Malgré la situation difficile, les «parents au bout du rouleau» soutiennent les éducatrices et demandent à ce que les investissements soient faits dans les CPE. 

«Il faut revaloriser la profession d’éducatrice et donner des bonnes conditions de travail. C’est un métier à prédominance féminine. On a réglé avec les médecins, avocats, c’est au tour des éducatrices, enseignantes et infirmières de voir des hausses! C’est quasiment rendu un mouvement social», insiste Mme Dumoulin.  

Écoutez le témoignage de Sarah Landry, signataire d’une lettre sur les parents au bout du rouleau et mère de 2 enfants:

«C’est l’éducation de nos enfants, la préparation à l’école qui est en jeu», conclut-elle.

Mercredi, les 3200 travailleuses de la petite enfance affiliées à la CSQ ont voté à 91 % en faveur du moyen de pression ultime.

Jeudi, ce sera au tour des 11 000 éducatrices de la CSN de voter sur une grève générale illimitée. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.