/finance/homepage

Hertel-New York: Hydro-Québec révèle le tracé québécois

STOCKQMI-MONTREAL

Photo d'Archives, Agence QMI

Après des années de planifications, Hydro-Québec précise finalement le tracé qu’empruntera au Québec la nouvelle ligne de haute tension à construire pour permettre d’acheminer son électricité vers la ville de New York. 

• À lire aussi: Hydro-Québec se battra à coup de millions $ pour défendre son projet

• À lire aussi: Ligne de transport électrique: Québec refuse de «plier les genoux»

Le tracé souterrain, d’une centaine de millions de dollars, s’étendra sur 56,1 km entre le poste de Hertel à La Prairie et Lacolle, où un segment sous-marin de 1,6 km s’élancera sous la rivière Richelieu, où Hydro se connectera au réseau américain. 

Le montant de ces travaux, qui doivent débuter au printemps 2023, n’a pas été divulgué. Mais il avoisinerait, selon nos sources, la centaine de millions de dollars. Du côté américain, les travaux de construction des 545 km de lignes souterraines et sous-fluviales nécessiteront des investissements de 4 milliards $US. 

Huit municipalités

Au total, huit municipalités seront touchées par la construction du tronçon québécois. Outre La Prairie et Lacolle, s’ajoutent les municipalités de Saint-Philippe, Saint-Jacques-le-Mineur, Saint-Édouard, Saint-Patrice-de-Sherrington, Saint-Cyprien-de-Napierville et Saint-Bernard-de-Lacolle.

À partir du poste Hertel, le tracé emprunte une série de rangs et chemins traversant les municipalités de Saint-Philippe et de Saint-Jacques-le-Mineur (rang Saint-Raphaël, le rang Saint-Claude, la montée Signer, le rang Saint-Marc, la route Édouard-VII et la montée Saint-Jacques). 

Toutefois, il traversera en partie celui de terres ancestrales, trois fois plus vastes, connues sous le nom de Seigneurie de Sault-Saint-Louis, concédée en 1680. 

À partir de St-Jacques-le-Mineur, le tracé longera ensuite l’emprise de l’autoroute A-15 sur près de 24 km jusqu’à la route 202, à Saint-Bernard-de-Lacolle. Le dernier tronçon longera ensuite les rangs St-Georges et Edgerton, et le ruisseau Fairbanks jusqu’à la rivière Richelieu, qui se jette dans le Lac Champlain.

Des retombées pour Kahnawàke

Au total, la ligne empruntera l’emprise de routes provinciales et municipales sur 29 km, celle de l’A-15 sur 24 km et des terres agricoles sur 3km, soutient Hydro. 

Si tout se déroule comme prévu, cette ligne permettra à compter de 2025, d’acheminer 1 250 mégawatts (MW) d’énergie, soit l’équivalent des besoins d’un million de foyers aux États-Unis.

Pour compenser le passage de la ligne sur des terres ancestrales concédées, autrefois connues sous le nom de Seignerie de Sault-Saint-Louis, Hydro-Québec a établi un partenariat avec le Conseil des Mohawks de Kahnawà:ke. 

Les détails de ce partenariat n’ont toujours pas été divulgués. On se limite à dire jusqu’à présent à dire qu’une fois la ligne en service, la communauté pourra bénéficier de «retombées économiques pour une période de 40 ans».

Ligne d’interconnexion Hertel-New York

Ligne d'interconnexion Hertel-New York

Image Courtoisie / Hydro-Québec

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.