/news/society

Le courageux combat de Juliette contre la leucémie

Juliette, une jeune Valdorienne de 9 ans, lutte depuis plusieurs mois déjà contre une leucémie. Elle est aussi ambassadrice pour la campagne de la Fondation du CHU Sainte-Justine qui se tiendra du 29 novembre au 9 décembre prochain. 

Le diagnostic de cancer est tombé en octobre 2020, après que son état de santé se soit considérablement détérioré.

«Elle dormait presque tout le temps, elle ne mangeait plus beaucoup», se rappelle Shany Duchainy, la mère de Juliette.  

La petite a été transportée en avion-ambulance à Montréal. Les médecins ont craint le pire.

«Ils l’ont plongé dans le coma, ils ont réussi à la stabiliser. On lui a diagnostiqué une leucémie aiguë lymphoblastique, mais il y avait aussi d’importantes hémorragies cérébrales», explique Mme Duchainy.

«On ne nous parlait pas de traiter le cancer, on nous parlait de possiblement la débrancher», affirme la mère de Juliette. 

Heureusement, les équipes médicales l’ont sauvée.

Juliette et sa mère doivent maintenant venir une fois par mois à l’hôpital pour ses traitements. Elles font la route depuis l’Abitibi toutes les fois. 

«Maintenant, vu que c’est une fois par mois qu’on doit venir à l’hôpital, j’aime mieux ça», se réjouit Juliette. 

Elle a dû subir un programme de réadaptation intensif pendant deux mois.

«Elle a réappris à bouger, carrément. À marcher, à manger, à parler aussi», souligne Shany Duchainy. 

Les traitements que reçoit Juliette portent fruit.

La petite est une des ambassadrices de la campagne de la fondation du CHU Sainte-Justine, qui se tiendra du 29 novembre au 9 décembre. Elle veut illuminer le sapin de l’hôpital de 350 000 bougies, grâce aux dons du public, qui serviront, entre autres, aux recherches qu’effectuent les médecins de l’hôpital, comme celui qui a sauvé Juliette.

Chaque année, 150 enfants sont admis pour des traitements au Centre de cancérologie Charles-Bruneau. 

Les séances de chimiothérapie de Juliette vont durer encore un an.

«J’aime mieux voir les côtés positifs que les côtés pas positifs. Parce que si tu regardes juste les côtés pas positifs, tu ne pourras jamais trouver de solution», affirme Juliette. 

Un des petits frères de Juliette, Jacob, est mort en 2014, à l’âge de trois ans et demi. Il avait une maladie génétique rare. Il lui reste cinq autres frères et soeurs, auxquels elle pense sans cesse.

Pour Noël, Juliette ne souhaite qu’une chose, c’est d’être avec sa famille. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.