/finance/realestate

Le prix des propriétés près des pentes de ski est en hausse

Housing price rising up, real estate or property growth concept, businessman running on rising green graph on house roof.

Illustration Adobe Stock

Le prix des résidences situées aux abords des principaux monts de ski a considérablement augmenté au cours de la dernière année, a dévoilé Royal LePage, dans une étude publiée mercredi.

En 2021, une maison aux abords des pentes de ski se vendait en moyennes 422 500 $ (+22,1 %), tandis qu’une copropriété se vendait 299 200$, soit une augmentation de 9,1 % par rapport à la même période en 2020, selon l’étude de Royal LePage.

Parmi les huit secteurs de villégiature à l’étude, entre 2020 et 2021, c’est la région de Bromont qui a connu la plus forte croissance. Le prix médian des maisons unifamiliales dans sa région a plus que doublé (+58,7 %) d’une année à l’autre, atteignant 607 000 $. Le prix des copropriétés a pour sa part atteint 381 000 $, soit un bond de 41,1 %.

Le télétravail et la quête d’oasis de quiétude ont provoqué une demande sans précédent auprès d’acheteurs des agglomérations urbaines, poussant les prix fortement à la hausse au cours de la dernière année, a expliqué le courtier immobilier par voie de communiqué.

«La demande immobilière près des principaux monts de ski de l’Estrie est vigoureuse depuis le début de l’année, stimulée principalement par des acheteurs de la Rive-Sud de Montréal», a indiqué par communiqué Christian Longpré, copropriétaire et courtier immobilier, Royal LePage Au Sommet. «Nous nous attendons à une remontée modeste des niveaux d'inventaire d'ici le printemps 2022, ce qui pourrait ralentir la hausse des prix.»

Royal LePage a prédit que le prix des propriétés allait augmenter respectivement de 6,0 % à Bromont, 3,0 % à Sutton et 5,0 % à Orford d’ici la fin de 2022.

En revanche, le secteur de la Capitale-Nationale a connu une augmentation plus discrète en 2021 de leurs propriétés aux abords d’une montagne de ski. Le prix médian d’une maison unifamiliale augmenté de 8,9 % d’une année sur l’autre pour atteindre 275 000 $, tandis que les ventes ont fait un bond de 10,0 %. Le prix médian d’une copropriété dans la région a pour sa part, augmenté de 13,6 % d’une année sur l’autre pour atteindre 125 000 $, tandis que les ventes de copropriétés ont bondi de 28,9 %.

«La région de Mont Sainte-Anne figure parmi les marchés immobiliers de villégiature réputés les plus abordables de la province», a dit Michèle Fournier, vice-présidente, Royal LePage Inter-Québec. «Les acheteurs de résidences secondaires y sont nombreux et profitent d’une localisation idéale, entre Québec et Charlevoix. L’arrivée du Club Med de Charlevoix promet aussi d’accroître l’engouement pour le tourisme et la location à court terme dans la région.»

Royal LePage prévoit que le prix médian des propriétés unifamiliales dans cette région augmentera de 4 % en 2022.

Dans la vaste majorité des régions étudiées dans la province, le courtier a également observé un recul des ventes de propriétés dû à la pénurie chronique d’inventaires accentuée par une hausse de la demande résidentielle depuis le début de la pandémie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.