/news/law

Québec: lourde peine réclamée pour un «prédateur sexuel»

Moussa Ouattara

Photo de courtoisie, Facebook

Moussa Ouattara

La Couronne réclame une peine fédérale de cinq à six ans pour un homme trouvé coupable d’agression sexuelle et de harcèlement, alors que la défense suggère plutôt au tribunal de prendre en compte la détention préventive de l’accusé, qui équivaut à trois ans, et de déclarer «temps fait».

• À lire aussi: Un harceleur récidiviste coupable d'agression sexuelle

• À lire aussi: Un harceleur récidiviste de retour en cour

Les gestes reprochés à Moussa Ouattara, un homme d’origine ivoirienne, ont été commis essentiellement au début de l’année 2019.  

Chaque fois, l’homme âgé de 28 ans récoltait ses victimes «sur la rue», alors qu’elles semblaient avoir besoin d’un transport.  

Si trois de ses quatre victimes ont fait l'objet de gestes «moindres» d’agression ou de harcèlement, la quatrième, qui se trouvait dans un état avancé d’ébriété, a quant à elle été amenée chez l’accusé, rue de Norvège, puis agressée sexuellement. Quelques heures plus tard, elle s’est présentée à l’hôpital pour y être soignée. 

«Te faire examiner, toucher, dépouiller de tes vêtements quelques heures après une agression, c’est loin d’être agréable. On se sent dépossédée de son corps pour une deuxième fois», a d’ailleurs souligné la victime de Ouattara, Micha Horswill – qui a fait lever l’ordonnance de non-publication prononcée à son endroit – dans une lettre touchante déposée devant le tribunal.  

Culpabilité   

«Pendant deux ans, inconsciemment, lentement mais sûrement, je me suis culpabilisée. Pourquoi j’ai bu ce soir-là? Pourquoi être sortie seule? Pourquoi avoir fait confiance à un étranger?» a exprimé la jeune femme.  

«Ça m’a pris deux ans à comprendre que je peux boire sans donner le droit à quelqu’un de me violer. Deux ans à comprendre que faire confiance à un étranger ne lui donne pas le droit de te violer. Deux ans à comprendre que je ne suis pas responsable de ce qui m’est arrivé», a-t-elle ajouté.  

Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault sur QUB radio: 

Invité à prendre la parole, l’accusé a quant à lui souligné au juge Hubert Couture que, depuis sa sortie de détention préventive, il s’est mobilisé en faisant des démarches, notamment après d’AutonHommie, un centre de ressources pour hommes.  

«J’interpellais souvent les étrangers pour les aborder, pour avoir leur affection, alors, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à régler. Là d’où je viens, c’est dans notre habitude de vouloir socialiser avec les autres, et ce n’est pas comme ça ici», a-t-il ajouté lorsque questionné par son avocat, Me Eliot Girard-Tremblay.  

Responsabilité «entière»   

La poursuivante, Me Laura Plamondon Dufour a quant à elle rappelé au tribunal que la responsabilité de l’accusé était «importante et entière» et qu’il avait agi comme «un prédateur qui trouve une proie et qui s’y attaque».  

«Je vous rappelle également qu’au moment de poser ces gestes, monsieur était en période probatoire à la suite d’une absolution reçue dans un dossier de harcèlement commis à l’égard de cinq jeunes femmes», a-t-elle ajouté.  

Le juge a mis la cause en délibéré et rendra sa décision en janvier.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.