/news/coronavirus

Le variant Delta dominera-t-il encore longtemps?

Un nouveau variant inquiète la planète. Depuis le début de l'épidémie de COVID-19, ils sont nombreux à avoir émergé au fil des mois, et c'est le dénommé Delta, identifié pour la première fois en Inde en octobre 2020, qui est à ce jour largement prédominant.

Le variant Delta a ainsi surpassé tous les autres variants dans la plupart des pays, pour représenter 99,8% des cas séquencés au cours des 60 derniers jours, selon le dernier bulletin hebdomadaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Arrive ensuite le variant Gamma (0,1%), Alpha (moins de 0,1%), Beta (moins de 0,1%) puis quelques autres variants dont le Mu et le Lambda.

• À lire aussi: La Belgique, premier pays européen à annoncer un cas du nouveau variant

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Des variations au niveau sous régional et national continuent toutefois d'être observées, souligne l'OMS, notamment au sein de certains pays d'Amérique du Sud, où la progression du variant Delta a été plus progressive.

L'apparition ces derniers jours d'un nouveau variant, d'abord détecté en Afrique du Sud, pourrait peut-être renverser la donne.

Des experts de l'OMS, chargés de suivre les évolutions du virus COVID, se réunissent vendredi pour déterminer si ce variant, nommé B.1.1.529, doit être classifié comme «préoccupant» ou «à suivre», même s'ils ont prévenu qu'il faudra «plusieurs semaines» pour comprendre son niveau de transmissibilité et sa virulence.

À ce stade, selon la classification de l'OMS, quatre variants sont considérés comme «préoccupants» au niveau mondial: l'Alpha, le Beta, le Gamma et le Delta.

Ils appartiennent à cette catégorie à cause de leur transmissibilité et/ou leur virulence accrues, qui aggravent l'épidémie et la rendent plus difficile à contrôler, selon la définition de l'OMS.

La catégorie juste en-dessous est celle des «variants d'intérêt», dont les caractéristiques génétiques potentiellement problématiques justifient une surveillance. L'OMS en retient désormais deux au niveau mondial: le Lambda et le Mu.

Quel que soit leur statut, tous ces variants sont classés par famille, ou «lignée». Selon les mutations qu'ils ont acquises, ils occupent une place précise dans l'arbre généalogique du virus SARS-CoV-2 d'origine.

En soi, l'apparition de variants est tout sauf une surprise. C'est un processus naturel, puisque le virus acquiert des mutations au fil du temps, pour assurer sa survie.

Sont-ils plus contagieux ou dangereux?  

Tout dépend des mutations qu'ils portent. La plupart n'ont que peu ou pas d'incidence sur les propriétés du virus. Cependant, certaines mutations peuvent affecter les propriétés du virus et influer, par exemple, sur la facilité avec laquelle il se propage, la gravité de la maladie qu'il entraîne ou l'efficacité des vaccins

Le variant Delta est ainsi environ deux fois plus contagieux que les précédents variants et il a réduit d'environ 40% l'efficacité des vaccins contre la transmission de la maladie. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.