/news/society

Les commerçants en mode séduction pour le Vendredi fou

Les commerçants de le Mauricie innovent et se démarquent pour faire la compétition aux grandes chaînes lors du Vendredi fou.

• À lire aussi: Le Vendredi fou est presque arrivé en retard à Saguenay

• À lire aussi: Vendredi fou: 3,6 millions de transactions avant midi au Canada

• À lire aussi: Vendredi fou : moins d’aubaines cette année

Les rabais du Vendredi fou sont attirants pour les consommateurs. Les géants du web, entre autres, peuvent offrir des prix très bas. Pour que cette période achalandée soit profitable aux entreprises locales, il faut savoir se démarquer. Dans certains cas, le commerçant mise sur un bon service client.

«C'est ce qui reste prioritaire, la proximité avec la clientèle et réellement être à l'écoute des besoins et pas imposer un type de produit», explique Joëlle Desaulniers, propriétaire de Joelle Collection.

«On offre la livraison gratuite, un service rapide, on offre un super bon service à la clientèle. C'est ce qu'on retrouve moins de la part des géants», ajoute la copropriétaire de Marée chandelles, Audréanne Goulet.

Pour être rentable, il est difficile, voire impossible de faire compétition aux rabais monstres des grandes chaînes. Certaines affichent jusqu'à 85 % de rabais... Une offre trop généreuse pour des petites et moyennes entreprises.

«On aimerait ça pouvoir donner tous nos produits! Malheureusement, ce n'est pas comme ça que ça marche. On donne le maximum qu'on est capable», souligne Mme Goulet.

Alors que les soldes du Vendredi fou se poursuivent de plus en plus longtemps, des jours voire des semaines, des boutiques, elles, se restreignent.

«On s'en tient à une journée parce que ce sont des collections limitées donc on veut qu'il reste du choix pour la clientèle pour le temps des Fêtes. Un client qui voudrait un vêtement Philippe Watson, bien il n'y a qu'un seul endroit pour le trouver: en ligne ou ici. Ça limite un petit peu l'offre, il n'y a pas de guerre de prix», précise le fondateur de Philippe Watson, François Dugal.

La stratégie marketing aussi, y est pour quelque chose.

«Si c'est une entreprise qui vend toujours à rabais, ça devient difficile d'être excitant quand on est en rabais, comme ça, tandis que pour nous, ce qui est favorable dans une vente comme celle-là, c'est qu'on vend très peu à rabais alors dans ce temps-là, le Black Friday devient vraiment une bonne affaire», soutient la propriétaire de Joelle Collection.

La bonne nouvelle pour les entreprises, c'est que selon une étude du Conseil québécois du commerce de détail, 29 % des consommateurs prévoient dépenser plus que l'an dernier lors de cette journée du Vendredi fou.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.