/news/coronavirus

Un cas du nouveau variant de la COVID-19 détecté en Israël

Le gouvernement israélien a annoncé vendredi une série de mesures dans l'espoir de protéger le pays, déjà fortement vacciné, d'un nouveau variant de la COVID-19 détecté d'abord en Afrique du Sud mais dont au moins un premier cas a été identifié en Israël.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: La pandémie continue d'accélérer cette semaine

• À lire aussi: Nouveau variant: «ça regarde mal», selon un expert québécois

Vendredi matin, le ministère de la Santé a déclenché un petit séisme en annonçant la découverte d'un premier cas au pays du variant B.1.1.529 chez une personne ayant voyagé au Malawi, et au moins deux cas supplémentaires chez des personnes revenues de l'étranger.

Ces trois personnes, placées en isolement, avaient été vaccinées contre la COVID-19, a ajouté le ministère sans toutefois préciser le nombre de doses ou le type de vaccin. Puis, le gouvernement a évoqué un autre cas potentiel. 

Écoutez le tour des actualités de Philippe-Vincent Foisy et Carl Marchand sur QUB Radio:

Variant «très inquiétant» 

Dans la foulée, le premier ministre Naftali Bennett a convoqué une réunion avec des ministres et des hauts responsables de la santé publique visant à adopter une série de mesures afin d'identifier les personnes potentiellement contaminées et limiter les voyages entre Israël et le continent africain. 

«Ce variant est très inquiétant (...) Il y a un cas confirmé, trois autres cas suspects que nous vérifions actuellement et nous pensons qu'il y en a d'autres», a déclaré M. Bennett lors d'une conférence de presse, ajoutant que l'État hébreu allait commander dix millions de kits de tests PCR pouvant identifier ce variant. 

«Tous les pays d'Afrique (...) à l'exception de ceux d'Afrique du Nord sont placés sur la liste rouge et tous les Israéliens qui en reviennent doivent respecter une quarantaine scrupuleuse», y compris ceux arrivés ces deux dernières semaines.

La désignation sur la liste rouge signifie que les Israéliens ne peuvent se rendre dans un pays sans autorisation préalable et que tous les voyageurs en provenance d'un pays désigné doivent se placer en quarantaine à leur entrée sur le territoire.   

«Nous sommes proches d'une situation d'urgence (...) Nous ne prendrons aucun risque», a affirmé M. Bennett alors que le pays s'apprête à célébrer, à partir de dimanche, Hanoukah, la «fête des lumières», période propice aux rassemblements dans les familles et les synagogues. 

D'ailleurs, le premier ministre a déjà indiqué qu'une seconde réunion entre des ténors de son gouvernement et des responsables de la santé publique étaient prévue samedi soir pour mettre à jour les mesures sanitaires.  

Baptisé pour l'instant B.1.1.529, le nouveau variant détecté en Afrique du Sud et aux multiples mutations est potentiellement très contagieux, ont annoncé des scientifiques dans ce pays, y voyant les signes d'une nouvelle vague de pandémie.

Vaccination des enfants 

Ces derniers ne savent toutefois pas encore quelle sera l'efficacité des vaccins existants contre ce variant, dont la dangerosité est le sujet d'une réunion vendredi de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le 11 novembre, de hauts responsables civils et militaires israéliens avaient conduit un exercice visant à tester la capacité de réponse du pays (campagne massives de dépistage, la mise en place de couvre-feu, fermeture de l'aéroport international Ben Gourion) en cas d'essor d'un nouveau variant.

L'État hébreu avait été l'un des premiers pays à lancer, en décembre 2020, une vaste campagne de vaccination à la faveur d'un accord avec le géant pharmaceutique Pfizer lui ayant permis d'accéder rapidement à des millions de doses payantes en échange de données sur l'effet du vaccin à grande échelle.

Cette campagne a permis la double vaccination de plus de 5,77 millions des quelque neuf millions d'Israéliens, soit plus de 80% des adultes.

Les autorités ont par la suite lancé une campagne pour l'administration d'une dose de rappel, octroyée déjà à plus de quatre millions de personnes. Et la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans a débuté cette semaine.   

Le gouvernement avait allégé au printemps l'essentiel de ses mesures de confinement et ouvert début novembre ses frontières aux touristes étrangers vaccinés. Le masque sanitaire reste obligatoire à l'intérieur des commerces, de même que le pass sanitaire pour entrer dans les restaurants et les bars.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.