/news/law

Fabrication et trafic d’armes: une vingtaine d’accusations supplémentaires contre lui

Tobie Laurin Lépine (en mortaise) semble avoir converti sa cuisine en véritable atelier de fabrication d’armes, lui qui n’était auparavant pas connu des autorités.

Photos Guillaume St-Pierre et tirée de Facebook

Tobie Laurin Lépine (en mortaise) semble avoir converti sa cuisine en véritable atelier de fabrication d’armes, lui qui n’était auparavant pas connu des autorités.

Près d’une vingtaine de nouvelles accusations se sont ajoutées aujourd'hui dans le dossier du Gatinois de 34 ans soupçonné d’avoir érigé un véritable atelier de fabrication d’armes dans sa cuisine. 

Tobie Laurin Lépine était de retour devant le juge cet avant-midi pour une audience virtuelle, en direct de la prison de Hull. 

D’emblée, il a avoué qu’il n’avait toujours pas été capable de se trouver un avocat puisqu’il était difficile pour lui de faire des appels en prison. 

Voyant l’accusé confus et sans ressources, un avocat de la défense présent dans la salle s’est offert pour le représenter temporairement, en plus de s’engager à lui trouver un avocat de l’aide juridique pour la suite des procédures. 

Intéressé de savoir ce qu’on lui reprochait de nouveau, Laurin Lépine tentait nerveusement de tout noter sur une feuille.

C’est la première fois de sa vie que l’homme de 34 ans se retrouve devant les tribunaux, lui qui n’a aucun antécédent judiciaire.

Complètement démantelé

En plus des chefs de fabrication et de trafic d’armes, des accusations de possession d’arme prohibée, de fabrication de chargeurs prohibés et de mauvais entreposage d’armes ont été ajoutées à son dossier.

Celles-ci résultent de la grande quantité d’objets saisis dans son atelier improvisé, qui a été complètement démantelé par les enquêteurs de la Sûreté du Québec et de la police de Gatineau, mercredi. 

Plusieurs outils et fils étaient visibles à travers la fenêtre de son appartement. Une photo d’une carabine FGC-9, une arme imprimable, dont trois modèles ont été trouvés chez Laurin Lépine, était également affichée sur l’un de ses ordinateurs lors du passage du Journal

Une arme de poing, une arme artisanale servant à lancer des obus, des munitions, des ordinateurs et des chargeurs ont également été trouvés.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.